Lima Lima est les oreilles et les yeux pour les gardiens dans la forêt de Kibwezi, attentive à leur sécurité à tout moment. Elle est rapide pour sentir  tout risque potentiel  provenant des éléphants sauvages et des buffles, avertissant sa famille humaine au moment opportun. Ce mois-ci, il y a eu beaucoup de rencontres avec les éléphants sauvages - des grands mâles et quelques troupeaux de femelles. Les éléphants sauvages de la forêt de Kibwezi s’habituent à  la présence des gardiens,  sont plus confiants et s’exposent fréquemment pendant la journée maintenant, devenant plus audacieux par leur présence. Un mâle, plus audacieux que les autres, a même rejoint les orphelins quelques fois au bain de boue de midi. Étant donné que cette unité est nouvelle, à peine âgée de deux ans, il est remarquable ce voir cette transformation. Ce n'est pas seulement les éléphants qui deviennent plus dociles et plus confiants, mais tous les animaux sauvages de la forêt de Kibwezi maintenant clôturée sur trois côtés, avec la quatrième grande limite ouverte sur le parc national des collines de Chyulu. La population de buffles s’apprivoise également, de même que les bushbucks, dont la population a augmenté  maintenant que le braconnage pour la  viande de brousse dans le secteur a été éradiqué depuis plus de 6 ans. Cependant, les bushbucks ont donné des coups aux léopards résidents, nos gardiens ayant été témoins de deux mises à mort récentes de léopard et de deux petits léopardeaux également aperçus par les gardiens. Le 14 mars, un léopard était dans un des grands acacias à côté des palissades d'Umani et a été extrêmement bruyant toute la nuit. Son cri éraillé a gardé éveillés les éléphants et les gardiens, agitant leur sommeil. Plus tard dans la nuit, un bushbuck a été la  proie d’un léopard qui lui a sauté dessus aux premières heures du matin et a ramené sa proie dans les branches d'un haut arbre. La nuit, les troupeaux d’éléphants sauvages deviennent plus audacieux que d’habitude et aiment venir boire l'eau de source fraîche de l’abreuvoir des orphelins situé près de l'entrée des palissades. Ce mois-ci, quelques troupeaux de femelles avec leurs bébés ont passé du temps près de la clôture des palissades, communiquant avec nos orphelins pendant des heures, alors que les gardiens observaient l'échange dans la sécurité de leur tente pour la permanence de nuit perchée sur une plate-forme.

Ce mois-ci,  Faraja s'est trouvé empêtré avec un dikdik qui est passé entre ses pattes, l'effrayant. Il a crié, énervant tous les autres, et cela a pris aux gardiens un bon moment pour les calmer.  La décision a été prise d’amener les orphelins dans un nouvel endroit afin de les distraire, ainsi ce jour-là ils se sont dirigés jusque la piste d'atterrissage de Kithasyo. C'est un magnifique secteur, prisé par les éléphants sauvages, car il est plein de  grands arbres et d’acacias, dont les cosses nutritives sont un délice pendant la saison sèche. À une autre occasion, Faraja a marché sur une tortue pensant que c'était un rocher, et très tristement l’a tuée involontairement. Il a semblé visiblement bouleversé d’avoir fait ceci, et les gardiens l'ont trouvé se tenant près de la victime, la touchant doucement. Normalement les orphelins font particulièrement attention, mais à Kibwezi, il y a beaucoup de roches de lave dans toute la région, aussi c’est une erreur facile à faire. A d’autres occasions, quelques bushbucks ont couru au milieu du troupeau des orphelins  pour échapper à un léopard, et tout naturellement ceci a alerté et énervé les orphelins qui se sont rapidement dispersés dans toutes les directions, avec Ziwa choisissant rester près des gardiens. Murera et Sonje qui sont davantage soucieuses de son bien-être que du leur,  l’ont appelé et cherché et ont été enchantées de le trouver sain et sauf près des gardiens. Les autres ont mis un moment avant de se rassembler et se calmer.  Un jour, un  énorme buffle est venu au bain de boue en même temps que les orphelins, mais sa présence imposante a dérangé Quanza, ainsi que les autres bébés, qui ont choisi d'évacuer le bain de boue rapidement plutôt que de le partager avec lui. Le grand tas de terre rouge molle apporté pour les bébés et leurs amis sauvages qu’ils apprécient est un complément bienvenu à leurs séances de bains de boue, et ils finissent normalement dans un époussetage de terre molle !

Aux heures du jour les plus chaudes, les orphelins se reposent à l’ombre des arbres, les petits mâles albinos, Jasiri et Faraja, faisant particulièrement attention de rester hors du soleil direct. Heureusement ils sont gâtés dans leur choix avec une abondante couverture dans ce secteur boisé. Ce mois-ci quelques longues marches ont été entreprises par nos orphelins dans le parc national des collines de Chyulu, ce qui n'est pas facile pour Murera et Sonje, étant plus lentes avec leurs pattes compromises. Parfois elles choisissent de rester en arrière, laissant Lima Lima escorter Quanza, Zongoloni, et les vilains petits mâles Ngasha, Faraja et Jasiri dans les collines à la recherche de nouvelles aventures et d’intéressants pâturages. Les gardiens sont toujours en présence de Lima Lima qui prend soin de leur sécurité, s'assurant qu'ils soient mis au courant de la présence d'autres animaux qu’ils peuvent rencontrer avant de les avoir eux-mêmes vus.

Le 11 mars, un grand mâle, qui est en passe de devenir le chouchou des femelles Zongoloni et Quanza, leur a rendu visite au bain de boue. Il s’accoutume davantage à la présence des gardiens, et les bébés sont maintenant beaucoup plus confiants avec lui. Il est clairement fasciné par ce troupeau peu commun de jeunes éléphants accompagnés de leurs amis à deux jambes, et apprend à faire confiance à chacun des deux. Exactement comme le mâle sauvage appelait « Rafiki » qui a été le catalyseur qui a présenté aux éléphants sauvages l'installation des orphelins d'Ithumba, et entrepris une entente les gardiens et les troupeaux sauvages d'éléphants d'Ithumba, ce mâle sauvage d'Umani fait maintenant la même chose. Grâce à lui et à sa nature curieuse, le message atteindra les autres éléphants sauvages dans le secteur, que ces humains peuvent être fiables, chose qui mois après mois devient de plus en plus évidente.

007 legroupe  le groupe      015 MureraMurera
Plus des Photos sur facebook