Sonje plutôt que Lima Lima a mené des jeux de taquinerie avec les tortues pour s’amuser et un jour, quand elle a vu leurs têtes sautant au-dessus de la surface de l’abreuvoir, elle a commencé à donner un coup de pied dans l'eau afin d'essayer de les déloger. Cependant les tortues sont assez futées pour comprendre qu’il vaut mieux rester submerger en attendant que les éléphants partent au loin. Il y a eu d’autres rencontres avec la  faune : à une occasion ils ont trébuché sur une troupe de babouins, ce qui n'est jamais populaire car les éléphants n'aiment pas le comportement bruyant et perturbateur des babouins. Ngasha a essayé de les effrayer avec les oreilles déployées afin d'apparaître plus intimidant, mais finalement Sonje a décidé de changer de direction. Le même jour, les orphelins rencontraient un porc-épic, un animal qui était nouveau pour eux. Les  éléphants étant principalement craintifs souvent ceci les impressionne, les panique et ces derniers recherchent leurs gardiens. Le 14 novembre, Sonje a donné l'alarme aux gardiens quand un troupeau de buffles a encerclé l’endroit où ils se tenaient. Les gardiens ont apprécié sa prévoyance attentive !
Jasiri
Les deux matriarches de ce petit groupe, Murera et Sonje, continuent à être d'excellents modèles et guides pour les  éléphants plus jeunes, particulièrement pour  Ziwa que chacune adore,  le protégeant toujours de l'exubérance des mâles plus âgés et plus brutaux tels que Faraja, Ngasha et Jasiri. Cependant, alors que ce trio grandit, ils ne répondent toujours pas au pouvoir disciplinaire de Sonje. Le 5 novembre, la trompette des femelles plus âgées a alerté un groupe de rangers patrouillant dans la forêt, qu'ils étaient sur le point de rencontrer un troupeau d'éléphants sauvages. En fait, il s’agissait des orphelins chassant avec enthousiasme un groupe de gazelles dans les buissons !

Les orphelins ont apprécié à certaines occasions des réunions  avec les éléphants sauvages mais leurs amis sauvages ne font pas encore entièrement confiance à leurs compagnons humains. Seul le temps résoudra ceci et le moment viendra où tous les éléphants se mélangeront aussi facilement qu'ils le font aux palissades de Voi et d'Ithumba. Les orphelins ont rencontré un mâle sauvage le 7 novembre, qui était curieux d’étudier ce petit et étrange troupeau de jeunes bébés. Cependant, il a cessé d'avancer en les voyant avec leurs gardiens. Le 10 novembre,  les bébés ont été légèrement plus nerveux en rencontrant les deux mêmes mâles sauvages qu'ils avaient rencontrés précédemment, découragés probablement par leur taille !

Alors que les pluies ont continué tout au long du mois, l'herbe s'est développée, épaisse et luxuriante avec des lis blancs en abondance, et les bébés se sont délectés avec l'herbe molle qui leur a manqué pendant toute la saison sèche et leurs lis préférés. Ceci a excité particulièrement les femelles avides telles que Lima Lima, qui n’en avait pas assez ! Un jour les bébés ont été si impatients de brouter qu'ils ont marché au point d'eau pour leur bouteille de lait de midi avant même que les gardiens soient arrivés là ! Les plus astucieux, gourmands et agiles tels que Jasiri et Zongoloni ont décidé de prendre leurs propres bouteilles et de s'alimenter, tandis que les autres attendaient les gardiens pour qu’ils viennent leur donner leur  bouteille. Avec les pluies il y a plus d'insectes et le meilleur moyen de dissuasion contre ces derniers est la boue, ainsi les orphelins passent beaucoup de temps à se baigner et à s'épousseter pour décourager ces fléaux. Le fait de se gratter est commode pour se débarrasser des tiques.

Heureusement la pluie a rempli les points d'eau naturels dans lesquels les orphelins apprécient de jouer, préférant ces nouveaux, peu profonds et plus chauds. Un jour les orphelins ont été tous pleins de  boue et les gardiens ont eu de la peine à les distinguer, arrivant seulement à distinguer Murera et Sonje des autres de par leur taille distinctive et leur manière spécifique de marcher. Le 22 novembre, Murera a apprécié son bain de boue tellement vigoureusement qu'elle s’est enlisée. Ses cris ont immédiatement alerté les gardiens mais alors qu’ils arrivaient, ils ont constaté qu'elle était parvenue à s'extraire toute seule. Le plus grand déluge a eu lieu au cours de la nuit du 22 novembre et ni les gardiens ni les orphelins ne sont parvenus beaucoup à dormir en raison du tonnerre et des arbres tombant dans la tempête. Durant la journée qui a suivi, les bébés particulièrement Ngasha, Faraja, Zongoloni et Ziwa sont restés inquiets et collés aux gardiens. Les pluies fournissent toujours une grande source de divertissement, permettant aux bébés de jouer sur l'herbe humide et le sol boueux.

 
plus des photos sur facebook