Un jour, alors que les orphelins sortaient de leurs palissades pour apprécier leur complément du matin en luzerne, ils ont été rejoints par un jeune mâle sauvage venu de l'est, et qui s'est mélangé à eux juste comme s’il était l’un deux ! Nos mâles : Madiba, Zurura, Buchuma, Tomboi et Taita, ex-orphelins, ont rejoint les orphelins dépendants certains matins ; tous pour la délicieuse luzerne. Une telle concurrence entre éléphants séniors signifie parfois que les orphelins plus jeunes tels que Laragai et Kithaka saisissent leur part de luzerne dans leurs trompes et se retirent de nouveau dans les  palissades afin d'être sûrs d'apprécier leur luzerne en paix.

 Ce mois-ci, nos orphelins ont eu la compagnie de nombreux éléphants sauvages qui ont appris que le secteur nord de Tsavo, avec sa source d'eau fiable et son abondante végétation, est d’une grande variété en saison sèche pour eux à la différence des conditions difficiles expérimentées dans la section sud du parc. Certains de ces éléphants sauvages sont venus avec de jeunes éléphanteaux avec qui les orphelins ont apprécié de jouer. Un jour, les orphelins ont été effrayés par un groupe d'ex-orphelins assoiffés qui est arrivé, les bloquant contre l’abreuvoir. Les orphelins dépendants ont essayé de passer sur les côtés mais n’y sont pas arrivés, et un barrissement strident d'un éléphant sauvage les a effrayés une fois de plus ! Par la suite, ils sont arrivés à se libérer, courant effrayés en brousse où ils ont enfin commencé à brouter. Le plus souvent les mâles les plus âgés sont calmes et cherchent à partager l'espace et l'eau avec les orphelins plus jeunes, mais à une occasion ce mois-ci, les orphelins ont rencontré un mâle très grincheux qui n'a pas voulu partager l'eau au bain de boue avec n'importe qui, ainsi les orphelins ont dû attendre leur tour ! Un autre jour, un mâle sauvage plus amical a cassé une branche d'acacia spécialement pour les orphelins afin qu’ils puissent la manger, ce qu’ils ont considérablement apprécié. Garzi est peut-être le plus intéressé à apprendre tout ce qu’il peut de ses aînés ainsi que des éléphants sauvages. Il peut souvent être vu en train de regarder fixement les mâles sauvages plus âgés, se demandant quand il sera de cette taille. Souvent il s’engage dans des jeux avec son ami plus âgé Kenze, toujours disposé à lui démontrer les tactiques de poussée et de lutte, ce qui est toujours l’activité préférée des jeunes mâles.

 

Un jour Sirimon a été très divertissant au bain de boue, quand il a volé une bouteille de lait alors que les gardiens étaient distraits !  C’est seulement quand les orphelins ont eu terminé de prendre leur lait, que les gardiens se sont rendu compte qu’il y avait une bouteille en moins, et ils ont trouvé Sirimon appréciant tout heureux son festin volé tout en marchant vers le bain de boue ! Avant même que les gardiens lui aient couru derrière, il avait déjà vidé la bouteille de lait et l'avait laissée tomber, vide, alors qu’il partait hâtivement en retraite, se sentant très satisfait ! Les femelles du troupeau sont peu tolérantes face à la bêtise des mâles. Narok et Laragai en particulier interviennent toujours pour séparer Barsilinga, Lemoyian et Kithaka lors de chamailleries !

 Dès le début du mois, Murka, Naisula et Kitirua semblent s’être séparés du groupe d'Olare, bien que nous ayons appris que de telles séparations sont souvent seulement provisoires, souvent pour quelques jours jusqu'à une semaine. Cependant, quand ils reviennent, ils sont toujours avides d’eau et de luzerne, poussant les juniors sur le côté jusqu'à ce qu'ils en aient assez.

 La nouvelle maman, Galana, et son bébé Gawa, sont toujours avec le groupe de Yatta, avec les nounous de Gawa qui incluent les ex-orphelins Naserian, Loijuk, Ololoo, Orok, Makena, Ithumbah, Kenze et Lualeni. Les orphelins dépendants juniors et particulièrement Narok, Bomani et Laragai adorent jouer avec les bébés Wiva et Gawa. Bongo et Kithaka sont parmi ceux qui restent indifférents et tendent à s’éloigner des bébés quand ils viennent près d’eux ! Nous finissons le mois en priant pour que les pluies viennent et transforment le paysage en jardin d’Eden.

KitiruaBoromoko et bébé GawaChaimuetKilaguniBomani

Plus des photo sur facebook