Un jour, alors que les orphelins marchaient en brousse, ils ont été effrayés par deux buffles qui sont sortis des broussailles, laissant les bébés extrêmement secoués. Les jeunes tels que Murit, Rapa, Godoma, Mbegu, Kamok, Roi, Ndotto et Lasayen ont crié de peur pendant qu'ils se précipitaient vers leurs gardiens pour être en sécurité. Excités par l'événement, Arruba, Suswa, Mashariki, Rorogoi, Embu et Elkerama ont chargé dans les broussailles, en trompettant afin de dissuader ces derniers et de sécuriser leurs pairs.

Il y a eu trois nouveaux sauvetages ce mois-ci :

-  Le premier a eu lieu le 2  novembre : il s’agissait d’un éléphanteau tombé dans un puits près du Conservancy Namunyak à Samburu. Elle est arrivée dans l'après-midi, et était étonnamment grande pour être tombée dans un puits. Nous l’avons appelée « Naseku » et elle a pris le lait dans un seau les premiers jours, avant de se familiariser suffisamment avec les gardiens pour avoir le courage de prendre le lait à la bouteille tenue par les gardiens et après quelques jours dans la palissade, nous étions sûrs qu'elle pourrait rejoindre les autres en brousse. La synchronisation a été parfaite, le processus s’est extrêmement bien passé et elle s’est immergée sans problème dans sa nouvelle famille d'éléphants. Naturellement Mbegu a été la première à se rendre à son côté dès que la porte de la palissade a été ouverte tandis qu'Arruba et Suswa prêtaient également main forte pour lui apporter réconfort et amour. « Naseku » est un beau petit éléphant qui est beaucoup aimé par le groupe entier la nurserie.

- Le deuxième a eu lieu le 11 novembre : un éléphanteau victime d’un bain de boue, retrouvé abandonné et seul dans le parc national Est de Tsavo sans éléphant dans son secteur. Il a été sauvé par les gardiens du DSWT de Voi après qu'ils aient reçu le rapport du Service de  la Faune du Kenya, et celui-ci a été transporté à la Nurserie  de Nairobi. Nous avons l’appelé « Korongo », un petit mâle âgé approximativement de 2 semaines. Nous devons encore passer l'étape redoutée de la dentition, étape qui n'est jamais facile pour les bébés qui n'ont pas les bienfaits du lait maternel.

- Le troisième a eu lieu le 16 novembre : un éléphant nouveau-né âgé juste de deux jours, tombé dans un puits dans les montagnes de Loldaiga ; nous avons été prévenus par ses sauveteurs du ranch d'Enasoit ; il s'est avéré que son sauvetage a été trop tardif. A notre arrivée, sa tension artérielle était extrêmement basse ainsi que sa température corporelle. Nous avons essayé de le raviver, et bien qu'il ait brièvement un peu récupéré grâce à nos soins, il a  tranquillement et paisiblement rejoint l’autre monde dans la nuit. https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQFHTGBYGnzA7YwLgoG68y_7gGeg8QSET1lq7DRQWVK5aVR5b9H4hbDoA

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQFHTGBYGnzA7YwLgoG68y_7gGeg8QSET1lq7DRQWVK5aVR5b9H4hbDoALe 16 novembre a été un jour particulièrement traumatique : notre petit « Tafuta »,  sauvé le mois précédent dans un état d'amaigrissement avancé, est également mort en dépit de nos meilleurs efforts pour le sauver. A chaque fois, nous avons un immense chagrin et le cœur brisé face à l'échec, mais les éléphanteaux sont extrêmement fragiles et difficiles à soigner, particulièrement quand ils arrivent trop tardivement. Cependant, comme les éléphants eux-mêmes, nous avons appris à tourner la page après chaque peine et à nous concentrer sur la Vie qui a besoin de notre aide chaque jour et il y a toujours des petits miracles à célébrer pour contrecarrer notre cœur brisé, « Simotua » étant le candidat idéal. Alors que ses blessures guérissent, il prend confiance  et prend plaisir à essayer d'intimider les plus petits que lui ! Un autre petit miracle est le caractère de « Ndotto », qui est arrivé  alors qu’il était juste nouveau-né. Bien que maintenant il soit âgé d’un an et encore petit pour son âge, il est attachant, vif et intelligent. Les grandes femelles le câlinent et un jour Kamok, Arruba et Oltaiyoni se sont allongées pour lui permettre de grimper sur elles, ce qui est toujours une excitation et le passe-temps préféré pour un petit éléphant.

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQFHTGBYGnzA7YwLgoG68y_7gGeg8QSET1lq7DRQWVK5aVR5b9H4hbDoALe 23 novembre, fût un matin sombre car notre petit Wei Wei nous a quitté pendant la nuit. Il est arrivé à la nurserie dans de mauvaises conditions de  santé mais tout le monde a cru qu’il allait mieux et qu’il survivrait. Malheureusement le processus de la dentition et ses effets est toujours un souci et une inquiétude à ce jeune âge. Les jours passant, il semblé aller de plus en plus mal en dépit d’analyses de sang régulières ne montrant aucune indication d'infection. En dépit de nos meilleurs soins, il a disparu à côté de ses gardiens aimés. Il manquera à son petit groupe d’amis, Tamiyoi, Kwama, Kawaida et Korongo qui avaient l'habitude de passer leur journée avec lui. Il manquera aussi à sa famille humaine qui a ressenti un grand coup de perdre aujourd'hui un autre bébé.

La santé du pauvre Murit a été un souci ce mois-ci, mais heureusement il semble avoir bien répondu au traitement et tous les indicateurs sanguins semblent positifs. La santé de Balguda s'est également améliorée après les soins constants qu'il avait reçu, comme cela a été le cas pour Tusuja. Élever des éléphants ayant perdu leurs parents n'est certainement pas pour les âmes-sensibles et avec eux on vit des défis quotidiennement ! Une autre histoire remarquable est celle d’Alamaya, sauvé du masai Mara, attaqué férocement par des hyènes au niveau de son derrière et ses organes génitaux. Il y a quelques mois, nous avons entrepris une opération pour enlever le tissu cicatriciel qui l’empêchait d’uriner. L'opération sur son urètre a duré plus de 2 heures ½ pour enlever le tissu cicatriciel et pour insérer un tuyau en plastique. Depuis lors il a bien guéri.
Roi
« Kiko » (le girafon orphelin) et « Pea et Pod » (les autruches) sont inséparables et passent de longues heures avec le groupe des bébés se composant de Tamiyoi, de Kwama, de Kawaida et de Korongo. Cependant, ils deviennent de plus en plus indépendants des gardiens, parfois déterminés à faire ce qu'ils veulent plutôt que de suivre les ordres ! Les feuilles d'arbre d'acacia sont aux goûts de Kiko qui a la taille nécessaire pour y accéder. Pea et Pod préfèrent rester avec Kiko et le groupe des bébés et viennent pour l'heure de visite au public, au bain de boue entre 11 H ET 12 H.

Un jour Oltaiyoni est partie avec Roi et Dupotto un peu plus loin et n’ont pas pu être localisées à temps pour la visite au public. Cependant, avant même d’avoir pu paniquer de leur absentéisme, on les a vu émerger des buissons, déterminées à ne pas manquer l'heure de la  bouteille de lait.

Rapa est un petit et vilain mâle avec une tendance à intimider. Murit et Godoma ont été les victimes de son mauvais comportement ; ainsi les gardiens doivent garder un oeil sur lui à tout moment. Tusuja, le meilleur ami de Rapa, intervient pour rétablir l'ordre quand Rapa ne se maîtrise plus. Il a besoin d’être plus discipliné par les  femelles plus âgées et Dupotto s’en est occupé occasionnellement. Kamok est un petit éléphant extrêmement espiègle, avec des idées préméditées sur la façon de manoeuvrer au moment des repas ! Ce mois-ci Mbegu a imité certaines des mauvaises habitudes de sa meilleure amie.  

Ce mois-ci,  nous avons commencé à alimenter les orphelins plus grands dans le camion en prévision de leur transfert pour les centres de réadaptation. Tous sauf Elkarama ont semblé coopératifs, ce qui n'est pas une surprise puisqu'Elkerama a été transporté à Nairobi couché dans le coffre d’un Land Rover  et garde évidemment des souvenirs de cette épreuve. La prochaine étape implique Arruba, Mashariki et Rorogoi pour le centre de réadaptation de Voi.

Plus des photos sur facebook