Mweya, ex-orpheline âgée de 16 ans,  semble être en période d’oestrus (=chaleurs) car un grand mâle sauvage a été aperçu près du troupeau d'Emily, ce qui implique que les mâles ex-orphelins, Laikipia, Lolokwe et Morani, qui sont souvent en leur compagnie,  restent à l’écart à l'heure actuelle pour éviter toute concurrence avec ce grand mâle ! A la place, le Grand Mâle  Lolokwe a préféré être en compagnie des orphelins dépendants suscitant  beaucoup d'attention de leur part ; ils sont en admiration devant lui, l'entourent et le tapotent avec leurs trompes à chaque fois qu'il se mêle à leur groupe.

Le troupeau des ex-orphelins de Lesanju semble se mélanger aussi, comme Rombo et Wasessa, qui sont parfois des membres du troupeau de Lesanju,  rejoignant le troupeau d'Emily parfois, ainsi que Mzima, Kivuko, Tassia et Taveta aussi. En fait tout au long du mois les troupeaux des ex-orphelins se sont mêlés aux membres du troupeau d'Emily, comme Sweet Sally avec son bébé Safi et Mweya, ou Inca le bébé d'Icholta, arrivant aux palissades sans les autres membres du troupeau. Comme  elles allaitent toujours, elles doivent boire plus d'eau et prendre plus de compléments que les autres en cette saison sèche ainsi elles sont venues aux palissades plus fréquemment. Comme d'habitude Kenia et Ndii ne sont pas heureuses de l'interaction de « leurs » bébés juniors avec les femelles ex-orphelines, et conduisent les orphelins vers les zones où brouter à la première occasion donnée.

 

Notre orphelin, victime d’un accident sur la route, Ajali s’est très bien adapté aux orphelins dépendants, reste avec eux en brousse et récupère très bien. Il semble avoir rattrapé le temps perdu car il a grossi maintenant et  cela signifie qu’il est souvent en arrière du groupe partant en brousse, mais  la gentille Arruba s’arrête souvent pour l’attendre.  Cà fait tellement chaud au coeur de voir comment les orphelins dépendants l’ont intégré à leur groupe,  et en dépit d’avoir été un éléphant sauvage ayant eu une vie sauvage pendant 6 années,  Ajali est heureux  avec sa nouvelle famille à deux jambes et quatre pattes et retourne volontiers aux palissades chaque soir. Tundani n'est pas très heureux de la présence d'un autre mâle dans le groupe et essaye parfois de l'intimider et de le séparer du troupeau, mais les gardiens interviennent toujours et s'assurent que la paix l’emporte. Après un certain temps, Tundani s’est calmé, réalisant qu’il avait désormais un autre ami avec qui jouer ! Ajali semble aimer l’interaction avec  les ex-orphelins et marche toujours avec eux quand ils sont à proximité ; il est chaleureusement accueilli par le petit Inca, le bébé sauvage d'Icholta, qui semble avoir un point faible pour lui. Un jour il a essayé de suivre un troupeau sauvage mais les gardiens l'ont appelé et il est revenu.

Quelques petites averses au début du mois ont apporté un peu de soulagement face à des températures désespérément chaudes, et les orphelins n’ont pas été pressés d’aller au bain de boue pour la prise du lait quotidien, car ils ont eu plaisir à mâcher l'herbe humide. Hormis Kenia et Ndii, Rorogoi et Ishaq-B jouent le rôle de leader du groupe dépendant et guident le troupeau dans la direction qu'ils souhaitent. Kenia aime son bébé adoptif Araba et n'aime pas toujours que les femelles plus âgées comme Ndii  la colle un peu trop. Suswa, Arruba et Embu sont toujours très proches et peuvent parfois être vues ensemble en brousse loin des autres, de temps en temps Ndoria et Nguvu sont invités à venir brouter avec elles. Le 24 février, les orphelins ont eu beaucoup de plaisir quand le trou de boue a été creusé et que la terre a déposé sur ses côtés. Lentili a pris de gros morceaux de terre pour s’en épousseter et Bada a roulé sur le sol pour jouer. Mudanda a adoré son jeu et est rapidement allée le rejoindre. Naipoki a glissé du haut du tas de terre dans l'eau comme un sac de sable ; ce qui a été vu comme un grand amusement par le reste du groupe.

Le 22 février, les gardiens de Voi ont sauvé un très jeune éléphanteau qui était tombé dans une fosse septique près de Taita Salt Lick et il a été alors transporté par avion à la nurserie de Nairobi pour être pris en charge et soigné. L’ex-orphelin kudu Mukuki, que nous avons élevé et qui est reparti à l’état sauvage, est venu brouter au pied de la colline de Msinga un soir. Il a grandi et ses cornes sont merveilleusement grandes. Nous avons également sauvé deux bébés buffles ce mois-ci, qui se sont retrouvés coincés dans la boue. Un a malheureusement succombé suite à son piteux état, ayant été seul très longtemps et l'autre va bien avec son nouvel ami aux palissades, Jamuhuri, notre autre bébé buffle.

PandaTundani et BadaTawi

Plus de Photos sur facebook