• Connexion parrain:

 

(f), née en Février 2022

 L’HISTOIRE de NYAMBENI

Nyambeni est en vie aujourd'hui parce qu'un homme ordinaire s'est levé et a fait des efforts extraordinaires pour lui sauver la vie. Son histoire a commencé à Mula, un petit village au cœur du paysage de Meru. Le matin du 9 mai 2022, un bruit suspect a attiré l'attention d'un fermier. Il a suivi le bruit jusqu'à la rive d'un fossé peu profond et boueux - où il a eu la surprise de trouver un petit éléphanteau qui criait vers lui ! Elle avait dû tomber la nuit précédente, alors que son troupeau migrait des prairies du Shaba vers les collines de Nyambene. Méfiants de la présence humaine, les éléphants traversent les terres agricoles à la faveur de l'obscurité et restent constamment en mouvement. Craignant ce qui pourrait arriver si elle restait trop longtemps dans la région, la famille du veau a été contrainte de laisser son petit derrière elle. Cette région du Kenya n'est pas connue pour son approche sensible des éléphants. Dans le passé, les orphelins trouvés sur les terres agricoles auraient probablement connu une fin tragique. Au mieux, on les aurait laissés mourir ; au pire, ils auraient été braconnés pour leur subsistance. Mais les temps changent, et certains membres des communautés locales s'investissent davantage dans les géants qu'ils côtoient. Cela dit, le sauvetage d'un éléphant est une entreprise à la fois logistique et physique. Loin d'être découragé par le mugissement de l'éléphanteau, le sauveteur de Nyambeni a relevé le défi et s'est donné pour mission de lui sauver la vie. (Nous l'avons appelée Nyambeni en clin d'œil à son histoire d'origine, à la fois au lieu de son sauvetage et à la personne qui l'a rendu possible). Sortir Nyambeni de la fosse n'a pas été une mince affaire ; même un éléphant de trois mois est assez lourd, et elle était pleine d'entrain. Après l'avoir finalement ramenée sur la terre ferme, il l'a attachée à un arbre et est allé chercher de l'aide. C'était une entreprise à part entière, car il devait trouver les autorités compétentes. Grâce à ce bon samaritain, KWS a été alerté et a mis en place un sauvetage en contactant le SWT. Un hélicoptère a été affrété par Tropic Air, basé dans la ville de Nanyuki, pour rejoindre Nyambeni et l'emmener à la pépinière de Nairobi, où nos gardiens l'attendaient. Nous nous sommes préparés, car Nyambeni est arrivée juste au moment où ses premières molaires ont percé. Il s'agit généralement d'une période difficile pour les jeunes éléphants orphelins, car la dentition exerce un stress intense sur l'organisme, dont le système immunitaire est affaibli, et entraîne une perte de condition physique marquée. Cependant, Nyambeni nous a surpris. Comme Lemeki et Thamana, elle a traversé sans encombre la phase de dentition et ne nous a pas donné un seul jour d'inquiétude. Elle s'est vraiment aidée elle-même à cet égard, croquant avec détermination des légumes verts malgré ses gencives douloureuses pour se fortifier avec des nutriments supplémentaires, tout en acceptant volontiers son biberon de lait à chaque tétée. Malgré son jeune âge, Nyambeni a toujours su exactement ce dont elle avait besoin. C'est une petite fille remarquablement autonome et résolue. Nyambeni a traversé ses premiers jours avec un partenaire très spécial à ses côtés : Mzinga, un petit orphelin courageux qui a été sauvé de Tsavo plus tôt dans l'année. Mzinga et Nyambeni ont dû naître à quelques semaines d'intervalle, aux deux extrémités du pays. Parce que le destin les a laissées toutes deux orphelines, la fille de Tsavo et la fille de Meru vont désormais grandir côte à côte. Elles sont instantanément devenues les meilleures amies du monde et ont fait partie intégrante de la réussite de l'autre. Parce qu'elle est plus jeune et plus fragile que le reste du troupeau de la Nursery, Nyambeni traîne avec les autres bébés-couvertures. Emmitouflés dans leurs couvertures colorées, ce petit groupe suit son propre rythme pendant la majeure partie de la journée, loin des pitreries des orphelins plus âgés. Ils rejoignent le reste du troupeau pour le bain de boue du milieu de la matinée et la distribution de lait, au grand plaisir de Naleku, Kindani, Kinyei, Olorien et des autres femelles. Le soir venu, ils sont raccompagnés dans leurs écuries confortables, où une abondance de verdure fraîchement coupée les attend. Nyambeni mange toujours sa part avec beaucoup d'enthousiasme, impatiente de faire travailler ses dents naissantes. Compte tenu de tout ce qu'elle a surmonté, on pourrait penser que Nyambeni est un bébé  sérieux. En fait, c'est tout le contraire. Les gardiens remarquent combien elle est enjouée et sociable. Avec sa petite trompe en main, elle est toujours en train de préparer la prochaine activité. Rien ne l'effraie : Quelques jours seulement après son sauvetage, elle a découvert la palissade de Maxwell. Loin d'être intimidée par le rhinocéros qui se tenait de l'autre côté de la barrière, elle s'est approchée de lui et lui a tendu sa trompe ! Voilà ce qu'est Nyambeni en quelques mots. Elle adore se faire de nouveaux amis et est toujours à la recherche d'une nouvelle source d'amusement. Si son héroïque sauveteur n'était pas intervenu, l'histoire de cette petite éléphante aurait pu se terminer dans un fossé. Cependant, le destin a favorisé Nyambeni. Nous sommes impatients de voir ce que l'avenir réserve à cette jeune fille qui aime s'amuser.

https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/nyambeni