• Connexion parrain:

Le Groupe de la Nurserie

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Ingrid VON ANTHONI

Le mois de juillet a commencé sur une note ensoleillée. Le premier jour du mois, tout le monde s'est réveillé d'excellente humeur, sortant de sa chambre et impatient de commencer la journée. Même Shukuru a pris un bain de poussière enthousiaste au soleil. Nous sommes heureux de vous annoncer qu'elle s'est améliorée de façon constante ce mois-ci. Elle est devenue une figure très populaire à la crèche et tous les jeunes se bousculent autour d'elle. Ils sont sans doute attirés par sa présence douce et réconfortante, mais il se peut aussi qu'ils aient des motifs plus intéressés : En tant que plus grand membre du troupeau de la pouponnière, Shukuru dégage beaucoup de chaleur corporelle, si bien que les orphelins se blottissent contre elle les jours de grand froid.

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Ingrid VON ANTHONI

Chaque nouveau sauvetage s'adapte à la vie de la pouponnière à son propre rythme. Il n'est pas rare qu'un orphelin ait besoin de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois, pour s'installer complètement. Cependant, le dernier né de notre troupeau, Esoit, a embrassé sa nouvelle famille avec beaucoup de ferveur. Malgré son sauvetage traumatisant, il s'est attaché à ses gardiens dès le début et s'est adapté à toutes les routines inconnues sans incident.

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Ingrid VON ANTHONI

Mai a été un mois important à la pouponnière, puisque cinq éléphants ont franchi l'étape suivante de leur parcours de réinsertion. Ces étapes sont toujours des événements doux-amers, mais tellement importants pour nos orphelins : La pouponnière est l'endroit où ils trouvent leurs marques après avoir été sauvés ; les unités de réintégration sont l'endroit où ils retrouvent leur place dans la nature. Il est important de noter que le retour à la vie sauvage prend huit à dix ans. Tout comme nous regardons vers l'avenir pour ces individus plus âgés, nous devons également penser au troupeau qu'ils laissent derrière eux à la pouponnière.

 

Traduction d’après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Ingrid von Anthoni

 

Pendant une grande partie du mois de mars, nous avons tous attendu avec impatience que les pluies tombent. Il faisait incroyablement chaud à Nairobi et les orphelins se rendaient plus souvent au bain de boue pour se soulager du soleil brûlant. C'est ainsi que nous avons découvert que Rama, notre tout dernier rescapé, est extrêmement friand de cette activité ! Il se glisse à l'intérieur, projetant de la boue dans toutes les sens avec un plaisir débridé. Il semble préférer une manière plus personnelle de se nourrir. Nous l'avons souvent vu finir son biberon à toute vitesse pour pouvoir entrer dans le bain de boue pendant que les autres buvaient encore leur lait. En raison de ses formidables défenses, certains des autres orphelins - en particulier Kiasa, Nabulu, Kiombo, Olorien et Roho - restent un peu méfiants vis-à-vis de la présence de Rama et peuvent être rudes avec le nouveau mâle. Heureusement, Rama n'est pas du tout perturbé par leur comportement et les laisse tout simplement tranquilles s'ils ne sont pas amicaux.

Traduction d’après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Laurence CORNET-NOEL


En raison des courtes pluies que nous avons connues récemment, nous avons eu quelques jours très clairs où les températures ont atteint des sommets. Ces jours-là, notre rhinocéros noir Maxwell n'a pas pu être persuadé de quitter sa mare de boue, même lorsqu'il a été tenté par ses légumes verts préférés qu'il avait devant lui. Il passait la plus grande partie de la journée immergé dans sa mare de boue, ponctuée seulement de courtes promenades avant de retomber dans la boue fraîche. Les matins où il a plu, il est toujours intéressant d'observer les différentes réactions des orphelins ; ceux qui ne craignent pas la pluie et qui sont prompts à embrasser la journée, et les autres qui mettent beaucoup de temps à quitter leur étable ! Il semble que ce soit Larro et Naboishu qui prennent le plus de plaisir dans leur étable ces jours-là.