• Connexion parrain:

Le Groupe de la Nurserie

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Laurence Cornet-Noel

 

À la nurserie, le mois a commencé par une matinée où l'herbe a été plus verte que jamais ! Mzinga est sortie de son étable et a fait du surplace devant l’étable de Mokogodo. Faisant semblant d'attendre sa petite amie, elle espérait en fait lui voler ses restes de granulés. Mokogodo sortit en trottinant et Mzinga se précipita à l'intérieur, balançant sa trompe sur le sol de l'étable pour ramasser les boulettes restantes. Pendant ce temps, Mokogodo s'est rendue dans l’étable de sa voisine Muridjo, où elle a fait exactement la même chose.

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Laurence Cornet-Noel

 

Ce mois-ci, Taroha a fêté son premier anniversaire de sauvetage. Il a fait beaucoup de progrès au cours de l'année écoulée, tant sur le plan de la santé que sur celui de l'esprit. Lorsqu'il a été secouru pour la première fois, il était en mauvais état et restait près du "bébé couverture" Mokogodo.

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Laurence Cornet-Noel

 

 Le mois de février a commencé dans le bruit et le drame, avec l'aide de l'obstinée petite bêcheuse de la nurserie. Il s'agit bien sûr de Pardamat ! Ce petit mâle est petit par la taille, mais géant par sa présence.

Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Laurence Cornet-Noel

 

A la nurserie de Nairobi, la nouvelle année a commencé sur une note excitante. Au lieu de se promener comme d'habitude, Loldaiga, Kitich, Choka, Muwingu, Sholumai, Weka, Muridjo, Mushuru et Mukutan se sont dirigés vers une clairière. La situation s'est rapidement transformée en une véritable « bousculade de brousse", accompagnée d'un concert de trompettes.

 Traduction d'après le journal des soigneurs du Sheldrick Wildlife Trust par Laurence Cornet-Noel

 

À Nairobi, le mois d'octobre a commencé par une pluie battante à l'aube, suivie d'une bruine persistante. En conséquence, les gardiens ont gardé les "bébés couvertures" - Taroha, Mokogodo, Talek, Pardamat et Raha (le bébé rhinocéros) - à l'intérieur de leurs étables, avec leurs couvertures bleues et rouges nouées étroitement autour de leur ventre. Les orphelins les plus âgés ont été emmenés dans la forêt, mais les mini matriarches n'étaient pas rassurées par l'absence des bébés. Lorsqu'elles sont arrivées dans la forêt quelques heures plus tard, Ahmed, Sileita et Latika ont poussé de grands cris de joie et ont couru vers eux. Après avoir caressé leurs petits, elles les ont escortés jusqu'à ce qu'ils rejoignent le troupeau.