Le Groupe d'Ithumba

003 le groupe

Après les pluies de Novembre qui ont continué début Décembre, la végétation a été abondante et les orphelins ont pu sélectionner leurs mets préférés, dépassés par cette variété soudainement disponible. De légères précipitations et des nuages se sont attardés vers la fin du mois et nous avons espéré des pluies plus bénéfiques afin de faire face aux mois plus secs à venir, mais malheureusement cela ne s’est pas produit.Néanmoins, avec des trous d’eau remplis et une végétation abondante dans le secteur d’Ithumba, il était grand temps de soulager la nurserie de Nairobi en transférant certains de ses orphelins plus âgés.

011 legroupe samuse
Ce mois-ci, nos ex-orphelins ont été à l’honneur à Ithumba en raison de trois nouveaux-nés sauvages d’abord avec Yatta, qui a eu son deuxième bébé Yoyo le 7 octobre. Son entrée dans l’enceinte des palissades à l’aube pour montrer son nouveau bébé à sa famille humaine a causé beaucoup d’excitation parmi les ex-orphelins et les éléphants sauvages présents. Yetu, la première fille de Yatta, ne pouvait même pas être auprès de son frère tellement qu’il était entouré par les femelles voulant le saluer. Le 14 octobre, ceci a été suivi par le premier né de Nasalot, un petit mâle appelé Nusu et finalement Sunyei qui a eu une magnifique fille appelée Siku le 22 octobre, son nom signifiant « jour » car elle est née juste au moment où l’aube se levait.  Loijuk semble être la nounou en  chef de Siku et alors que Sunyei s’avançait vers l’enceinte des palissades, l’excitation des autres éléphants a semblé excessive pour la nouvelle maman et elle a décidé de diriger son bébé de l’autre côté des palissades pour le présenter aux gardiens.

004 legroupe

La vaste région de Tsavo est incroyablement sèche actuellement ; Ithumba a reçu plus de pluie que la plupart d’autres secteurs et commence seulement à se dessécher comme le reste de la région, néanmoins un grand nombre d’éléphants sauvages et nos troupeaux d’ex-orphelins ont fréquenté les abreuvoirs des palissades et du bain de boue, et se sont adonnés aux suppléments en luzerne que nous offrons à nos orphelins dépendants chaque matin.

010 legroupe

Le secteur entourant Ithumba commence à se dessécher mais heureusement il a reçu plus de pluie que d’autres parties de Tsavo pendant la saison des pluies. Cela signifie que cela prendra un moment pour que le secteur devienne très sec car il reste de l’eau dans le puits dans lequel le DSWT refait le plein. De plus en plus d’éléphants sauvages et d’ex-orphelins sont revenus dans le secteur des palissades où il y a un point d’eau permanent. Ceci peut donner lieu à un peu de bousculade pour la luzerne et les orphelins dépendants détestent d’être poussés ; ils finissent souvent par partir tôt en brousse pour commencer leur journée. A d’autres occasions, Kamok et Laragai prennent leur part de luzerne et se déplacent dans un coin tranquille pour l’apprécier en paix.

024 legroupe

L’enceinte des palissades a été une « ruche  bourdonnante d’activité» ce mois-ci car les orphelins dépendants ont été réveillés presque chaque matin par un groupe d’ex-orphelins. Le groupe de Mutara comprenant Sities, Suguta, Kanjoro, Turkwel et Kainuk est revenu en juin après quelques mois d’absence, étant parti en exploration un peu plus loin avec la présence d’eau abondante dans le parc. Ils sont revenus motivés et en bonne santé et sont restés autour d’Ithumba le restant du mois. Les orphelins absents, Dupotto, Kelelari, Karisa n’étaient pas avec eux comme nous l’avions espéré, et les recherches continuent. Grâce à la surveillance aérienne et au dur travail des équipes au sol, nous sommes sûrs qu’ils sont vivants mais nous avons tant d’éléphants sauvages dans le nord de Tsavo (littéralement un millier) qu’il est très difficile de retrouver trois petits absentéistes parmi eux. La consolation est qu’il y a quantité de nourriture et d’eau grâce à de bonnes pluies dans cette partie du parc, ce qui est un soulagement car de vastes parties de Tsavo restent sans eau.

                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

009 legroupesamuse

La majeure partie du mois a été dominée par la disparition de Kelelari, Karisa et Dupotto une semaine après leur déplacement à Ithumba. Kelelari avait vécu une vie sauvage durant 4 ans avant d’être secouru et apparemment appréciant son nouvel environnement et l’étendue de Tsavo, nous croyons qu’il a « enlevé » ses amis se dissipant avec lui.

                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET
028 le groupe
Le début du mois a commencé avec une chaleur insoutenable, comme les mois précédents, mais vers le 7 avril, le temps a changé, les températures ont chuté et nous avons su que la pluie était en chemin, ayant reçu des nouvelles que la pluie était tombée dans les régions avoisinantes.

Bongo a étonné tous ses amis en continuant à se baigner en dépit du changement du temps. Il  a toujours aimé être dans l'eau indépendamment du temps ! Une fois que le temps est devenu plus frais,  les orphelins ont apprécié d’aller brouter sans avoir à rechercher de l’ombre par rapport au soleil rigoureux de l’après-midi. Durant le mois, il y a eu des averses de pluie et les orphelins ont passé moins de temps à se vautrer dans le point d'eau principal, préférant à la place les flaques peu profondes de pluie pour se refroidir en éclaboussant d'eau l’arrière de leurs oreilles.

                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

 001 legroupe

La nouvelle la plus importante ce mois-ci à Ithumba a été la naissance d’un bébé éléphant sauvage que nous avons appelé « Kama » (d’après le Dieu Hindou de l’amour) de notre ex-orpheline Kinna. Kinna était seulement âgée d’une semaine quand elle est arrivée de Meru, ayant été retrouvée coincée dans la boue. Elle est maintenant âgée de 17 ans et a son premier bébé. Le succès du projet des orphelins tient au fait de pouvoir suivre le progrès de la vie sauvage de nos ex-orphelins, simplement parce qu'ils choisissent de rester en contact avec leur famille humaine qui les a élevé avec des soins pleins d’amour et de tendresse, comme ils auraient pu l’expérimenter avec leur propre famille à l’état naturel et viennent présenter leurs jeunes et précieux nouveaux-nés afin de le partager avec leurs gardiens d'autrefois.

Le groupe d’Ithumba

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

Un temps chaud et sec a régné dans le secteur nord de Tsavo tout au long du mois de février, ce qui  signifie que nous avons eu un bon nombre de visites de troupeaux d’ex-orphelins ainsi que de beaucoup d'éléphants sauvages qui sont venus pour étancher leur soif à toutes les heures du jour, mais principalement en début de matinée et en fin de soirée. Un matin, seul Tomboi, ex-orphelin, était là pour l'eau potable en dehors des palissades mais bientôt, comme un effet boule de neige, plus de 100 éléphants sauvages ont rivalisé pour l’abreuvoir vital des palissades. Inutile de dire que pour étancher autant de soifs gigantesques, notre camion citerne a été extrêmement occupé à transporter de l'eau des forages et de la rivière Tiva.

 

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

La région d'Ithumba est déjà sèche, ainsi les ex-orphelins ont rendu visite aux palissades pour l'eau et la luzerne ainsi que pour les bains de boue ce mois-ci. Le troupeau des ex-orphelins de Mutara, se composant de Sities, Turkwel, Kainuk, Kanjoro, Suguta, Makireti, Kilabasi, Chaimu et Kilaguni, a été vraiment présent tout au long du mois ; tous les jours ils attendaient dans l’enceinte des palissades les juniors pour partager la luzerne avec eux. Tandis que les juniors, particulièrement les mâles, Orwa et Enkikwe, apprécient la lutte avec des amis plus âgés dans ce troupeau d’ex-orphelins, dans le troupeau de Wendi l'interaction est davantage focalisée autour des jeunes bébés, Wiva et Gawa, qui sont avec eux !