001 le groupe
Umani a été béni par de bonnes pluies et cette belle forêt aux eaux souterraines grouille avec bien plus de libellules et de papillons, de buffles, de bushbucks et avec beaucoup de troupeaux d’éléphants avec leurs nouveau-nés. C’est une belle maison pour nos orphelins qui a été installée en premier pour nos orphelins blessés Murera et Sonje.  Elles ont parcouru un long chemin depuis leur arrivée à Kibwezi en juin 2014, avec leurs pattes compromises en raison de la hanche cassée pour Murera et de la balle logée dans le genou de Sonje.

013 legroupe
Cela fait quatre ans que l’unité de réintroduction dans la forêt de Kibwezi Umani springs a été créée, forêt contrôlée par le DSWT  en partenariat avec Kenya  Forest Service. Des résultats concrets deviennent de plus en plus évidents. Après la construction d’une clôture à la frontière avec le parc national de Chyulu et le long du parc sur 73 kms, le nombre de la faune a augmenté, l’activité illégale a fortement diminué et le braconnage pratiquement supprimé. La barrière protège la communauté environnante des éléphants tout en fournissant un emploi pour entretenir la barrière. Les éléphants sauvages sont vraiment présents dans ce beau secteur et ceci signifie de nombreuses interactions avec nos orphelins presque quotidiennement. La forêt de Kibwezi est une zone de sources  vitales et elle est une magnifique oasis. Les sources d’eau douce surgissent des roches de lave, ayant filtré au travers de la montagne poreuse de Chyulu.

018 legroupe
La forêt de Kibwezi reste luxuriante toute l’année en raison des sources d’Umani et c’est pour cette raison que nous avons choisi cette place pour notre nouvelle unité de réadaptation pour nos orphelins handicapés, ceux qui pourraient certainement ne pas pouvoir faire face à une telle sécheresse qui ravage le reste de Tsavo.  Sonje, Murera et Mwashoti avec leur patte  compromise, qui boitent quand ils marchent, ne pourraient marcher sur de longues distances comme le font les éléphants normalement pour trouver à manger, particulièrement pendant la saison sèche, cela leur porterait préjudice. 

033 le groupe
Le mois a été caractérisé par de nombreuses interactions avec les éléphants sauvages, peut-être parce qu’ils se faufilent dans la forêt de Kibwezi avec sa végétation luxuriante et ses sources, dans une région sèche de Tsavo, et chaque rencontre est différente. Il est une chose : les éléphants sauvages sont moins méfiants des orphelins, les approchant souvent, devenant moins nerveux en présence des gardiens semble-t-il mais ils ne sont pas toujours très amicaux.

                                         Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

 
010 le groupe

Ce fût un mois humide pour les orphelins et les gardiens vivant dans la forêt de Kibwezi. En raison des pluies et du temps maussade et frais, il y a eu quelques matins où les orphelins n’ont pas été désireux de sortir pour la journée, tout particulièrement Mwashoti, mais tous ont été amenés à jouer dans la boue glissante par les gardiens, utilisant leurs bottes et leurs imperméables, pour donner à tous les bébés un peu plus d’énergie et pour les préparer à partir brouter en forêt. En raison de bonnes pluies, la végétation est fraîche et abondante et les orphelins ont été comblés par une meilleure végétation. Certains jours, ils ont marché plus loin reniflant une meilleure nourriture, se déplaçant dans chaque coin de la forêt où ils n’avaient jamais été jusqu’à présent. Parcourant une bonne distance pour brouter, alors que le temps gris et couvert perturbait les orphelins, ils arrivaient en retard à midi pour leur prise du lait.


Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

028 legroupe

Les pluies sont finalement tombées ce mois-ci à travers le Kenya et la forêt de Kibwezi avec bonheur après une longue et dure saison sèche. Les orphelins ont été enchantés par la luxuriante végétation qui est apparue presque immédiatement et ils ont savouré l’herbe fraîche et délicieuse. Bientôt, presque partout dans la forêt, se sont formées de petites mares et flaques d’eau, laissant les éléphants comblés, choisir où jouer et où s’éclabousser.

Comme ils ont joué dans l'eau chaque jour, ils ont souvent décidé de renoncer au bain de boue principal après avoir mangé. Les orphelins, tout particulièrement, les mâles albinos, Faraja et Jasiri, sont plus à l’aise par temps frais, bien que les insectes piqueurs qui arrivent avec la pluie soient plutôt gênants !

                                                                                                                             Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

006 legrouope

Les interactions entre les orphelins d’Umani et les éléphants sauvages qui résident dans la forêt deviennent de plus en plus fréquentes, avec à chaque fois des résultats différents. Pour les orphelins d'Umani qui n’ont pas d’ex-orphelins à suivre, de telles interactions sauvages sont essentielles mais également parfois préoccupantes pour les gardiens qui doivent surveiller ces événements en espérant qu'ils continuent de manière amicale. Parfois, quand certains des orphelins tels que Lima Lima et Zongoloni s’approchent d’un peu trop près et amicalement des éléphanteaux sauvages, les mères interviennent et les éloignent.

  Le groupe d’Umani-Kibwezi

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 
Ce fût certainement un mois décisif ce mois-ci dans la mesure où nos orphelins se sont réunis et ont interagi avec les éléphants sauvages dans la forêt de Kibwezi. En raison de la sècheresse actuelle, il y a eu de nombreux éléphants sauvages dans la forêt appréciant la végétation et l'eau des sources d'Umani. Les éléphants ne sont pas les seuls à retrouver refuge dans la forêt pendant les mois secs, beaucoup d'autres espèces de la faune sauvage ont trouvé refuge ici et sont entrées en contact avec les orphelins et leurs gardiens ce mois-ci, particulièrement des buffles et des babouins. Alors qu’ils recherchent les cosses d'acacia, les orphelins ont plaisir à observer les babouins dans les arbres délogeant pour eux les savoureuses cosses de graine d'acacia que les éléphants peuvent ensuite récupérer.

 

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

Lima Lima est une petite femelle très drôle et elle nous amuse beaucoup avec ses singeries rigolotes. En forêt, elle ne recule jamais devant les animaux sauvages mais cherche à la place à les effrayer, à l’exception du léopard. Il y en avait un dans les arbres au-dessus des palissades une nuit et elle s’est tellement agitée que les gardiens sont sortis pour voir ce qu'était le problème, et ont fait peur au léopard pour qu’il s’éloigne du secteur afin de ne plus la tracasser ainsi que  les petits mâles Alamaya et Mwashoti. Les autres jours, elle effraye les grues crêtées de leur perchoir dans les arbres, d'autres fois elle chasse les babouins ou les singes du lieu de collecte des cosses de graines d'acacia, et, naturellement chasse les papillons, ce qui est toujours sa diversion préférée. Elle est toujours l'éléphant le plus goinfre du groupe, courant à chaque fois que les gardiens appellent les orphelins au cas où ils auraient un festin spécial et parvient même à se glisser furtivement autour des gardiens à chaque fois qu'ils essayent d'alimenter les deux plus jeunes mâles en premier. Récemment elle a partagé le rôle de leader avec les matriarches plus âgées pour les petits mâles Alamaya et Mwashoti, et bien que ces petits soient toujours sous la protection des matriarches Murera et Sonje plus âgées, ces dernières semblent être moins protectrices actuellement. Parfois les petits mâles peuvent être vus en  compagnie de certains des autres orphelins plutôt que des femelles et, en fait un jour, alors qu’Alamaya, qui n’a pas de queue, luttait contre les piquantes mouches tsé-tsé, ne pouvant les éloigner en utilisant sa queue, le jeune mâle Ziwa est venu à son secours.