008 legroupe

Les gardiens d’Umani ont été au 7ème ciel de recevoir l’orpheline Shukuru ce mois-ci, n’ayant plus reçu de bébé depuis 2016 quand Alamaya et Mwashoti ont été déplacés. Visiblement confuse quand elle est arrivée le 16 juillet, pensant peut-être qu’elle retournait à Ithumba, Shukuru a observé autour d’elle en sortant du camion, accueillie d’abord par Lima Lima et puis par le reste des orphelins d’Umani. Ils n’étaient pas des étrangers, Murera et Sonje l’ayant connue à la nurserie et Lima Lima a été charmante, s’agitant autour d’elle, la tapotant avec sa trompe mais Skukuru à l’évidence était perplexe.

011 le groupe

Ce mois-ci il y a eu de bonnes pluies à Umani, et les chemins pour les éléphants se sont transformés en des ruisseaux avec des clairières grisouteuses. Ceci a été problématique pour les trois éléphants avec leurs pattes compromises, Murera, Sonje et Mwashoti qui savent instinctivement qu’ils doivent prendre des précautions dans ces conditions. Dans le courant du mois, les conditions ont été légèrement plus sèches avec toujours une nourriture abondante. Ce mois-ci, il y a eu beaucoup de rencontres avec les éléphants sauvages et des confrontations avec des buffles auxquels les gardiens doivent faire attention, mais Lima Lima reste toujours vigilante, les avertissant, et repoussant au loin les buffles en barrissant et en chargeant, laissant ses gardiens bien-aimés sains et saufs !

003 le groupe

Comme si les cieux pleuraient avec nous la perte de notre Dame Daphné, ce fût l’un des mois les plus humides que nous ayons vu depuis longtemps, à travers tout le Kenya.  Ce fût d’un tel contraste avec la sécheresse d’il y a 6 mois, perdant tant d’éléphants en état de malnutrition. Heureusement la forêt de Kibwezi n’est jamais trop sévèrement affectée par de tels évènements, ayant la source d’Umani et des eaux souterraines, rendant ce secteur approprié pour notre unité d’Umani, avec des conditions douces pour nos orphelins plus handicapés.

001 le groupe
En raison des sources d’Umani qui alimentent les points d’eau et les sources dans toute la forêt de Kibwezi, le secteur demeure une oasis dans le paysage sec de Tsavo tout au long de l’année. Quand les pluies arrivent, ce secteur revit cependant ! On peut à peine marcher le long des chemins tant la végétation est épaisse. De délicats papillons s’alimentent paisiblement à côté de petits étangs créés par les empreintes des éléphants et quand les orphelins marchent le long des chemins, ils font s’envoler un tourbillon de papillons.

017 le groupe

Avec une atmosphère lourde et humide, nous avons senti les pluies de février arriver. Certains jours ont été trop chauds pour résister et ces jours là nous sommes extrêmement reconnaissants que les palissades d’Umani aient été construites à l’ombre de grands acacias. C’est important pour nos deux demi-frères Faraja et Jasiri avec leur peau claire et ces deux éléphants albinos savent instinctivement qu’ils  doivent s’abriter du soleil de midi et il y a beaucoup d’endroits pour s’abriter dans la forêt de Kibwezi.

022 legroupe

Récemment la dynamique a changé dans le troupeau des orphelins. Murera, âgée de 8 ans, montre un comportement plus individualiste, préférant manger seule, loin du troupeau à certaines occasions. Elle flâne et arrive en retard, montrant moins d’intérêt pour le lait ou la protection des gardiens, répondant de moins en moins quand ils l’appellent, se focalisant sur ses propres fantaisies. En dépit de l’attachement de Murera pour les jeunes du troupeau, elle devient certainement plus indépendante. Elle ne montre pas beaucoup d’intérêt pour les éléphants sauvages à la différence de Sonje, âgée de 6 ans, qui a développé une amitié particulière avec un mâle sauvage et le cherche pour passer du temps avec lui en brousse. Elle n’a pas encore l’âge pour s’accoupler mais ils semblent s’apprécier mutuellement et il la suit aux palissades le soir ; c’est un mâle très doux et il est correct avec les orphelins, en raison certainement des gardiens.

001 le groupe
Umani a été béni par de bonnes pluies et cette belle forêt aux eaux souterraines grouille avec bien plus de libellules et de papillons, de buffles, de bushbucks et avec beaucoup de troupeaux d’éléphants avec leurs nouveau-nés. C’est une belle maison pour nos orphelins qui a été installée en premier pour nos orphelins blessés Murera et Sonje.  Elles ont parcouru un long chemin depuis leur arrivée à Kibwezi en juin 2014, avec leurs pattes compromises en raison de la hanche cassée pour Murera et de la balle logée dans le genou de Sonje.

013 legroupe
Cela fait quatre ans que l’unité de réintroduction dans la forêt de Kibwezi Umani springs a été créée, forêt contrôlée par le DSWT  en partenariat avec Kenya  Forest Service. Des résultats concrets deviennent de plus en plus évidents. Après la construction d’une clôture à la frontière avec le parc national de Chyulu et le long du parc sur 73 kms, le nombre de la faune a augmenté, l’activité illégale a fortement diminué et le braconnage pratiquement supprimé. La barrière protège la communauté environnante des éléphants tout en fournissant un emploi pour entretenir la barrière. Les éléphants sauvages sont vraiment présents dans ce beau secteur et ceci signifie de nombreuses interactions avec nos orphelins presque quotidiennement. La forêt de Kibwezi est une zone de sources  vitales et elle est une magnifique oasis. Les sources d’eau douce surgissent des roches de lave, ayant filtré au travers de la montagne poreuse de Chyulu.

018 legroupe
La forêt de Kibwezi reste luxuriante toute l’année en raison des sources d’Umani et c’est pour cette raison que nous avons choisi cette place pour notre nouvelle unité de réadaptation pour nos orphelins handicapés, ceux qui pourraient certainement ne pas pouvoir faire face à une telle sécheresse qui ravage le reste de Tsavo.  Sonje, Murera et Mwashoti avec leur patte  compromise, qui boitent quand ils marchent, ne pourraient marcher sur de longues distances comme le font les éléphants normalement pour trouver à manger, particulièrement pendant la saison sèche, cela leur porterait préjudice. 

033 le groupe
Le mois a été caractérisé par de nombreuses interactions avec les éléphants sauvages, peut-être parce qu’ils se faufilent dans la forêt de Kibwezi avec sa végétation luxuriante et ses sources, dans une région sèche de Tsavo, et chaque rencontre est différente. Il est une chose : les éléphants sauvages sont moins méfiants des orphelins, les approchant souvent, devenant moins nerveux en présence des gardiens semble-t-il mais ils ne sont pas toujours très amicaux.

                                         Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

 
010 le groupe

Ce fût un mois humide pour les orphelins et les gardiens vivant dans la forêt de Kibwezi. En raison des pluies et du temps maussade et frais, il y a eu quelques matins où les orphelins n’ont pas été désireux de sortir pour la journée, tout particulièrement Mwashoti, mais tous ont été amenés à jouer dans la boue glissante par les gardiens, utilisant leurs bottes et leurs imperméables, pour donner à tous les bébés un peu plus d’énergie et pour les préparer à partir brouter en forêt. En raison de bonnes pluies, la végétation est fraîche et abondante et les orphelins ont été comblés par une meilleure végétation. Certains jours, ils ont marché plus loin reniflant une meilleure nourriture, se déplaçant dans chaque coin de la forêt où ils n’avaient jamais été jusqu’à présent. Parcourant une bonne distance pour brouter, alors que le temps gris et couvert perturbait les orphelins, ils arrivaient en retard à midi pour leur prise du lait.