016 le groupe

Tous les points d’eau de la forêt de Kibwezi ont été remplis après les bonnes pluies de novembre.
Shukuru et Lima Lima ont particulièrement apprécié se vautrer et jouer dans les points d’eau naturels. Shukuru vient toujours avant les autres pour sa bouteille de lait, et même si les autres essayent de la rejoindre, particulièrement les mâles comme Ngasha, elle s’écarte, car elle se rappelle le temps où ils voulaient lui grimper dessus et elle veut éviter cela autant que possible. Elle n’aime pas être en compagnie des mâles turbulents et espiègles, étant une femelle gentille et tranquille, et aime éviter la confrontation. Les gardiens pensent qu’elle est l’orpheline la plus calme et la plus réservée, mais cela doit être dû au fait que Shukuru a souffert de problèmes de santé chroniques au cours de ces dernières années, la rendant plus faible. Récemment Shukuru était plus vigoureuse mais son état s’est détérioré ce mois-ci. Des antibiotiques lui ont été administrés et elle semble aller mieux depuis.
Comme Sonje, Lima Lima s’entend bien avec Shukuru, mais il semble qu’elle lui enseigne, ainsi qu’à d’autres, ses mauvaises manières. Au début du mois, au lieu de rester dans le secteur de la distribution des granules de luzerne, Lima Lima a décidé de se rendre à l’entrepôt où est déposée la luzerne, pour faire tomber quelques tas et voler des suppléments. Les gardiens l’ont trouvée et elle a su qu’elle avait dépassé les limites. Quelques jours plus tard, Alamaya a fait la même chose et Lima Lima a couru derrière lui pour l’aider, dispersant des tas de luzerne partout. Et c’est seulement après, que Shukuru a étonné tous les gardiens un matin, alors qu’ils lui apportaient sa bouteille de lait, découvrant qu’elle était parvenue à ouvrir sa porte pendant la nuit et à voler des tas de luzerne, les dispersant partout ! Shukuru a su qu’elle avait commis une faute et a regardé d’un air si coupable les gardiens, qu’ils l’ont juste appelée par son nom, fermant la porte derrière elle.
La nature avide de Lima Lima dicte plusieurs de ses singeries et c’est pourquoi elle doit être surveillée aux heures des repas ou le matin afin qu’elle ne vole pas les granules de luzerne de Shukuru. Un jour, alors que Murera n’a pas voulu sa bouteille de lait à midi, Lima Lima a essayé d’obtenir sa part, mais à la place c’est Mwashoti qui en a bénéficié, ce dernier étant agréablement étonné et acceptant cette part supplémentaire avec de joyeux grondements.

Les orphelins ont eu un certain nombre d’expériences avec les éléphants sauvages ce mois-ci. Les jeunes Mwashoti et Alamaya semblent effrayés par les grands mâles, barrissant de mécontentement. Les mâles orphelins plus âgés ont voulu se mélanger avec leurs homologues et passer du temps avec eux, mais les mâles sauvages ne sont pas particulièrement accommodants. Un jour, Ziwa et Faraja se sont entendus avec Ngasha pour fuguer. Ils ont rejoint les éléphants sauvages et Ngasha a essayé de se joindre dans un combat parmi les sauvages. Il s’est rapidement retrouvé à terre mais Ziwa et Faraja ne se sont pas attardés pour aider leur ami. Quand enfin Ngasha a pu se relever, il a couru rapidement vers les autres orphelins et les gardiens. Ce fût un sacré apprentissage pour notre pauvre Ngasha ce jour là !
En dépit d’être des adolescents constamment occupés dans des jeux de bousculade et de force, Ngasha, Ziwa, Faraja et Jasiri ne sont pas toujours de « vilains mâles ». Alors que les pluies se terminaient au début du mois, rendant les chemins glissants, Murera et Sonje ont rencontré des difficultés pour marcher le long de ces chemins avec leurs pattes handicapées. Parfois nous les avons vues reculer quand elles rencontraient trop de boue. A un moment, Jasiri et Ngasha ont rejoint Murera afin de l’aider à pousser Sonje qui était enlisée. Les mâles sont parvenus à la pousser sur un terrain plat, la libérant des chemins glissants, où elle a rejoint ses amis. Elle fût très reconnaissante envers ces jeunes mâles, qui sont en temps normal espiègles, mais qui évidemment aident leur matriarche en cas de besoin. Alamaya montre ces jours-ci un esprit combatif et il est clair qu’on ne doit pas le sous-estimer d’être trop jeune ou trop petit.
Une nuit, les gardiens ont été étonnés de voir quelques mangoustes à l’intérieur des palissades, courant autour de la clôture. Les mangoustes ont effrayé Quanza et Lima Lima qui étaient dérangées par ces petites créatures courant entre leurs pattes tout en faisant beaucoup de bruit. Dans les palissades, les éléphants barrissaient, poussant contre les cloisons pour essayer de sortir. Il était amusant d’observer les éléphants ainsi effrayés par une petite mangouste, mais néanmoins les gardiens sont sortis pour les rassurer.

002 NgashaNgasha003 FarajaFaraja

004 ShukuruShukuru021 AlamayaAlamaya

006 SonjeSonje007 MwashotiMwashoti

008 zongoloniZongoloni009 QuanzaQuanza

010 ZiwaZiwa012 Lima LimaLima Lima

013 MureraMurera020 JasiriJasiri

014 Faraja et NgashaFaraja et Ngasha001 le groupele groupe

030 Quanza et AlamayaQuanza et Alamaya022 MureraMurera


006 le groupe jouent

Sonje a été extrêmement enjouée ce mois-ci, ce qui est beau à voir. A de nombreuses occasions, elle est sortie de sa palissade le matin pour se rendre au mur de la plate-forme de chargement pour jouer sur le sol. Elle a joué avec style, prenant toutes sortes de poses extravagantes, de sorte qu’il était difficile de dire pour les gardiens qu’elle avait une patte handicapée.
La pluie qui est habituelle en cette période de l’année, a fait que les orphelins ont renoncé à leur quota de luzerne pour aller rechercher à la place une végétation fraîche et délicieuse dans la forêt. Les matins, quand la pluie ne les a pas retardés dans leurs palissades, ils se sont précipités pour dévorer les feuilles fraîches et douces. Seuls Mwashoti, Quanza et Lima Lima sont revenus parfois à la benne aux granules de luzerne pour en saisir. Quand les orphelins étaient en forêt et que les pluies devenaient plus fortes, ils recherchaient n’importe quel abri, choisissant parfois de s’abriter sous les parapluies des gardiens ! Un jour, Shukuru a cherché à s’abriter avec un gardien mais elle a dû se retourner, Mwashoti l’ayant battue et il peut être très jaloux et protecteur vis-à-vis des gardiens.
Shukuru est un membre si doux et docile du troupeau d’Umani, en dépit d’avoir le même âge que Murera, la matriarche, qu’elle est souvent poussée par les plus jeunes mais Sonje, de deux ans sa cadette, ne tolère pas de tels comportements et prend sa défense, le temps que les gardiens arrivent. Alors que Shukuru se développe et gagne en bonne santé, sa confiance grandit et il est merveilleux de la voir devenir plus forte.
Ce mois-ci, nous avons observé un comportement différent chez Mwashoti. Habituellement, il est un jeune mâle poli et doux, mais nous avons noté que son caractère a légèrement changé et qu’il devient plus exigeant. Un jour, il a poussé Quanza pour l’éloigner des granules qu’il mangeait, ce qu’il n’aurait jamais fait à un aîné auparavant. Chez les jeunes mâles, quand ils grandissent, ils deviennent plus hautains ; il suffit de regarder les autres mâles du troupeau, Ngasha, Faraja et Jasiri et leurs manières. C’est ce type de comportement qui fait qu’un jour les matriarches repoussent les mâles de leurs troupeaux, et c’est ce que nous commençons à voir dans ce tranquille et docile petit mâle. Le comportement des autres mâles plus âgés peut aussi influencer Mwashoti. Souvent des bagarres prennent naissance sans aucune raison, cela peut être Jasiri et Faraja se disputant la direction à prendre, Ziwa empêchant Faraja d’accéder à l’abreuvoir ou Jasiri se disputant avec Ngasha pour une branche et le poussant à terre. Souvent ces bagarres culminent et les femelles plus âgées comme Sonje ou Quanza interviennent pour les séparer.
Une chose cependant leur rappelle combien ils sont jeunes et combien ils doivent encore apprendre avec leurs rencontres avec les mâles sauvages dans la forêt. Ziwa et Jasiri semblent particulièrement appréhender de rencontrer des mâles sauvages avec de telles grandes défenses ! Quand les éléphants sauvages sont venus la nuit dans l’enceinte des palissades, les orphelins n’ont pas apprécié et ont barri et poussé les murs de leurs palissades. Lors de leur rencontre avec un troupeau sauvage et leurs bébés dans la forêt, Zongoloni et Lima Lima ont été très excitées comme d’habitude, dépassant les limites et devenant trop proches des bébés sauvages, ayant comme résultat d’être chassées par leurs mères.

001 NgashaNgasha002 ShukuruShukuru

003 AlamayaAlamaya004 Jasiri et ZongoloniJasiri et Zongoloni

005 Mwashoti et SonjeMwashoti et Sonje007 LimaLimaLima Lima

008 MureraMurera009 le groupele grpupe

010 Murera et MwashotiMurera Mwashoti011 SonjeSonje

012 ZongoloniZongoloni013 ZiwaZiwa

014 Quanzachef du groupeQuanza, chef du groupe015 le groupele groupe

016 FarajaFaraja021 Faraja et NgashaFaraja et Ngasha

035 le groupe samusele groupe s'amuse034 JasiriJasiri

033 FarajaFaraja032 Ziwa et SonjeZiwa et Sonje

031 JasiriJasiri030 MureraMurera

028 Lima LimaLima Lima025 Mwashoti joue avec AlamayaMwashoti joue avec Alamya

029 Lima Lima et MureraLima Lima et Murera027 MureraMurera

022 Jasiri et QuanzaJasiri et Quanza023 SonjeSonje

027 le groupe

Ce mois-ci,  nous avons pu constater l’efficacité d’avoir construit il y a quatre 4 ans, en 2014, les palissades d’Umani. Nous observons à quel point Umani est approprié pour Murera, Sonje et Mwashoti en raison de leurs pattes compromises, réduisant les distances pour trouver de la nourriture en raison d’une végétation abondante. Pour Jasiri et Faraja, nos deux mâles albinos,  le couvert forestier les aide certainement durant les  conditions chaudes et étouffantes, et  ce mois a vu une hausse des températures juste avant l’arrivée des pluies.

Lors des journées très chaudes, les orphelins ont aimé se rafraîchir dans les bains de boue qui sont abondants à Umani. Un jour, Shukuru a eu si chaud, qu’elle est allée au bain de boue avant l’heure du repas de midi et s’est entièrement submergée dans l’eau ; les gardiens ne pouvaient seulement voir que sa trompe dépasser comme un tuba.

Umani fait des merveilles pour notre petite Shukuru, si longtemps frappée par la maladie. Enfin elle commence à ressembler à un éléphant de neuf ans. Elle reste prudente et a développé une nouvelle habitude : arriver en premier pour prendre la bouteille de lait et aller ensuite au bain de boue avant que les autres arrivent, afin d’éviter leurs singeries turbulentes. Quand le groupe turbulent arrive, elle sort du bain de boue afin de regagner le bain de poussière pour se sécher et se revêtir de terre protectrice. Elle sait qu’elle n’est pas assez forte pour faire face à leurs jeux exubérants et elle veille de terminer avant l’arrivée de Jasiri, Faraja, Ngasha et Ziwa.

Shukuru a également un endroit spécial pour s’alimenter dans les palissades, pour prendre ses granules de luzerne le matin. Elle est une femelle si docile et correcte, qu’elle donnera ses granules devant toute tentative des autres pour lui prendre ; en plus elle mange plus lentement. Pour cette raison, les gardiens lui donne à manger séparément, ainsi les avides comme Lima Lima ne peuvent pas la déranger. Ceci n’arrête pas Lima Lima d’essayer mais elle est souvent prise en  flagrant délit par les gardiens. En dépit de ses habitudes avides, Lima Lima et Sonje sont aussi les amies intimes de Shukuru et s’occupent d’elle à tout moment.

Alamaya continue à essayer de tester les limites avec les mâles plus âgés. Un jour, Zongoloni est allée voir pourquoi il avait été poussé par Faraja et a constaté qu’Alamaya s’était mal conduit, essayant de pousser le mâle plus âgé, jusqu’à ce qu’il reçoive une leçon. Zongoloni et Quanza sont très indulgentes envers le petit mâle, acceptant ses jeux espiègles de bousculade, mais il est moins chanceux avec les mâles plus âgés. Mwashoti est toujours un jeune mâle correct et le favori de Murera, bien que parfois il puisse s’emporter aux heures des repas et un jour il a frappé accidentellement un des  gardiens avec sa trompe. Il s’en est trouvé désolé, approchant précautionneusement du gardien comme pour lui dire « je suis désolé ». Il est toujours un bon petit mâle  et  généralement pas un trouble-fête.

Les femelles ont beaucoup de travail avec les mâles plus anciens et souvent Sonje, Zongoloni et Quanza, ou même les trois ensemble, doivent séparer les mâles afin d’arrêter leur querelle. Ceci est normal pour des mâles de leur âge et c’est l’une  des raisons pour laquelle il est important d’avoir des matriarches plus âgées dans le troupeau afin qu’ils l’écoutent (le plus souvent) !

001 Lima LimaLima Lima002 JasiriJasiri

006 MwashotiMwashoti008 FarajaFaraja

009 Murera et QuanzaMurera et Quanza010 Ziwa et NgashaZiwa et Ngasha

011 ZongoloniZongoloni016 ZiwaZiwa

024 ShukuruShukuru020 Jasiri et Lima LimaJasiri et Lima Lima

021 Sonje et MureraSonje et Murera022 le groupele groupe

018 ShukuruShukuru025 SonjeSonje

034 MureraMurera023 AlamayaAlamaya

028 NgashaNgasha029 ShukuruShukuru

030 ZiwaZiwa003 MwashotiMwashoti

031 JasiriJasiri032 SonjeSonje

019 JasiriJasiri015 ZongoloniZongoloni

 

020 le groupe

Ce mois-ci, nous avons dû enfermer Shukuru dans les palissades le matin le temps qu’elle prenne ses granules de luzerne, ceci en raison de notre petite Lima Lima qui essaye de lui voler à chaque occasion ses compléments. Shukuru est une femelle merveilleusement douce, préférant céder face aux autres orphelins plutôt que de s’engager dans une dispute. Parfois les gardiens déplacent Zongoloni au moment des repas près de Lima Lima, car ils savent qu’elle ne se conduira jamais mal en sa présence, vu l’incapacité de Zongoloni à tolérer toute absurdité ! Bien qu’il soit plus jeune qu’elle, Mwashoti essaye t’intimider Shukuru et même a réussi à la pousser un jour ; ceci car il a toujours été le bébé choyé par Murera, Sonje et les gardiens et depuis son arrivée, Shukuru a bénéficié de l’attention des femelles plus âgées et de celle des gardiens. En dépit des protestations de Mwashoti et du caractère avide de Lima Lima, Shukuru s’est très bien installée à Umani depuis le mois de juillet et c’est un soulagement pour nous tous. Nous sommes ainsi enchantés de la voir jouer, charger tout en barrissant, car il n’y a pas de meilleur baromètre santé que quand les éléphants choisissent de jouer.
Ce mois-ci, nous avons trouvé notre petite bébé, Mwashoti, habituellement tranquille et doux devenir turbulent. Il a poussé les femelles plus âgées y compris pour des bêtises, Quanza et Zongoloni, mais elles sont restées tolérantes car il est un petit camarade. Il agit comme un petit mâle coriace, choisissant de mener le troupeau parfois comme s’il était réellement plus âgé. Une nuit, les gardiens ont été étonnés de le retrouver dans l’enceinte des palissades, étant parvenu à tirer sur la chaîne et à ouvrir la porte de sa palissade ! Fait étonnant, les mâles plus âgés, Jasiri, Faraja et Ngasha ont été ce mois-ci plus sages que les petits mâles. Ils sont très protecteurs des autres membres de leur famille. Un jour, un buffle mangeait près du bain de boue et Faraja a fait éloigner le buffle afin que Murera, qui boitait davantage ce jour là, puisse accéder au secteur sans risque. Une autre fois, quand Zongoloni a réveillé un buffle dans son sommeil, Ziwa, Faraja et Ngasha sont venus pour le chasser. Ils comptent sur les femelles plus âgées du troupeau, Quanza, Murera et Sonje pour des conseils et la sécurité et un jour alors qu’ils avaient décidé d’aller promener de leur côté et qu’ils ont rencontré quelques mâles sauvages, ils ont rapidement couru pour rejoindre le reste du troupeau et sont restés avec eux le reste de la journée. Il y a eu un seul incident ce mois-ci quand, çà a été plus fort que lui, pour Faraja, de saisir le moignon de queue d’Alamaya en dépit de savoir ce que cela provoque. Ce dernier s’est retourné pour se battre avec Faraja et Sonje et Lima Lima sont alors venues s’interposer entre eux pour éviter un combat. Pour le pauvre petit et timide Alamaya, le fait de toucher le moignon de sa queue est un douloureux rappel de son traumatisme.

040 FarajaFaraja039 JasiriJasiri

038 ShukuruShukuru037 SonjeSonje

036 Ziwa et NgashaZiwa et Ngasha035 Faraja sur ZiwaFaraja sur Ziwa

033 MwashotiMwashoti032 Quanza et ZiwaQuanza et Ziwa

030 AlamajaAlamaya029 MureraMurera

001 Lima LimaLima Lima002 ZongoloniZongoloni

005 Faraja et NgashaFaraja et Ngasha007 Murera et ShukuruMurera et Shukuru

008 QuanzaQuanza022 jasiriJasiri

016 SonjeSonje011 Limalima et AlamayaLima Lima et Alamaya

013 MureraMurera019 MwashotiMwashoti

006 NgashaNgasha015 ZongoloniZongoloni

008 legroupe

Les gardiens d’Umani ont été au 7ème ciel de recevoir l’orpheline Shukuru ce mois-ci, n’ayant plus reçu de bébé depuis 2016 quand Alamaya et Mwashoti ont été déplacés. Visiblement confuse quand elle est arrivée le 16 juillet, pensant peut-être qu’elle retournait à Ithumba, Shukuru a observé autour d’elle en sortant du camion, accueillie d’abord par Lima Lima et puis par le reste des orphelins d’Umani. Ils n’étaient pas des étrangers, Murera et Sonje l’ayant connue à la nurserie et Lima Lima a été charmante, s’agitant autour d’elle, la tapotant avec sa trompe mais Skukuru à l’évidence était perplexe.

011 le groupe

Ce mois-ci il y a eu de bonnes pluies à Umani, et les chemins pour les éléphants se sont transformés en des ruisseaux avec des clairières grisouteuses. Ceci a été problématique pour les trois éléphants avec leurs pattes compromises, Murera, Sonje et Mwashoti qui savent instinctivement qu’ils doivent prendre des précautions dans ces conditions. Dans le courant du mois, les conditions ont été légèrement plus sèches avec toujours une nourriture abondante. Ce mois-ci, il y a eu beaucoup de rencontres avec les éléphants sauvages et des confrontations avec des buffles auxquels les gardiens doivent faire attention, mais Lima Lima reste toujours vigilante, les avertissant, et repoussant au loin les buffles en barrissant et en chargeant, laissant ses gardiens bien-aimés sains et saufs !

003 le groupe

Comme si les cieux pleuraient avec nous la perte de notre Dame Daphné, ce fût l’un des mois les plus humides que nous ayons vu depuis longtemps, à travers tout le Kenya.  Ce fût d’un tel contraste avec la sécheresse d’il y a 6 mois, perdant tant d’éléphants en état de malnutrition. Heureusement la forêt de Kibwezi n’est jamais trop sévèrement affectée par de tels évènements, ayant la source d’Umani et des eaux souterraines, rendant ce secteur approprié pour notre unité d’Umani, avec des conditions douces pour nos orphelins plus handicapés.

001 le groupe
En raison des sources d’Umani qui alimentent les points d’eau et les sources dans toute la forêt de Kibwezi, le secteur demeure une oasis dans le paysage sec de Tsavo tout au long de l’année. Quand les pluies arrivent, ce secteur revit cependant ! On peut à peine marcher le long des chemins tant la végétation est épaisse. De délicats papillons s’alimentent paisiblement à côté de petits étangs créés par les empreintes des éléphants et quand les orphelins marchent le long des chemins, ils font s’envoler un tourbillon de papillons.

017 le groupe

Avec une atmosphère lourde et humide, nous avons senti les pluies de février arriver. Certains jours ont été trop chauds pour résister et ces jours là nous sommes extrêmement reconnaissants que les palissades d’Umani aient été construites à l’ombre de grands acacias. C’est important pour nos deux demi-frères Faraja et Jasiri avec leur peau claire et ces deux éléphants albinos savent instinctivement qu’ils  doivent s’abriter du soleil de midi et il y a beaucoup d’endroits pour s’abriter dans la forêt de Kibwezi.

022 legroupe

Récemment la dynamique a changé dans le troupeau des orphelins. Murera, âgée de 8 ans, montre un comportement plus individualiste, préférant manger seule, loin du troupeau à certaines occasions. Elle flâne et arrive en retard, montrant moins d’intérêt pour le lait ou la protection des gardiens, répondant de moins en moins quand ils l’appellent, se focalisant sur ses propres fantaisies. En dépit de l’attachement de Murera pour les jeunes du troupeau, elle devient certainement plus indépendante. Elle ne montre pas beaucoup d’intérêt pour les éléphants sauvages à la différence de Sonje, âgée de 6 ans, qui a développé une amitié particulière avec un mâle sauvage et le cherche pour passer du temps avec lui en brousse. Elle n’a pas encore l’âge pour s’accoupler mais ils semblent s’apprécier mutuellement et il la suit aux palissades le soir ; c’est un mâle très doux et il est correct avec les orphelins, en raison certainement des gardiens.

001 le groupe
Umani a été béni par de bonnes pluies et cette belle forêt aux eaux souterraines grouille avec bien plus de libellules et de papillons, de buffles, de bushbucks et avec beaucoup de troupeaux d’éléphants avec leurs nouveau-nés. C’est une belle maison pour nos orphelins qui a été installée en premier pour nos orphelins blessés Murera et Sonje.  Elles ont parcouru un long chemin depuis leur arrivée à Kibwezi en juin 2014, avec leurs pattes compromises en raison de la hanche cassée pour Murera et de la balle logée dans le genou de Sonje.