027 le groupe

Ce mois-ci,  nous avons pu constater l’efficacité d’avoir construit il y a quatre 4 ans, en 2014, les palissades d’Umani. Nous observons à quel point Umani est approprié pour Murera, Sonje et Mwashoti en raison de leurs pattes compromises, réduisant les distances pour trouver de la nourriture en raison d’une végétation abondante. Pour Jasiri et Faraja, nos deux mâles albinos,  le couvert forestier les aide certainement durant les  conditions chaudes et étouffantes, et  ce mois a vu une hausse des températures juste avant l’arrivée des pluies.

Lors des journées très chaudes, les orphelins ont aimé se rafraîchir dans les bains de boue qui sont abondants à Umani. Un jour, Shukuru a eu si chaud, qu’elle est allée au bain de boue avant l’heure du repas de midi et s’est entièrement submergée dans l’eau ; les gardiens ne pouvaient seulement voir que sa trompe dépasser comme un tuba.

Umani fait des merveilles pour notre petite Shukuru, si longtemps frappée par la maladie. Enfin elle commence à ressembler à un éléphant de neuf ans. Elle reste prudente et a développé une nouvelle habitude : arriver en premier pour prendre la bouteille de lait et aller ensuite au bain de boue avant que les autres arrivent, afin d’éviter leurs singeries turbulentes. Quand le groupe turbulent arrive, elle sort du bain de boue afin de regagner le bain de poussière pour se sécher et se revêtir de terre protectrice. Elle sait qu’elle n’est pas assez forte pour faire face à leurs jeux exubérants et elle veille de terminer avant l’arrivée de Jasiri, Faraja, Ngasha et Ziwa.

Shukuru a également un endroit spécial pour s’alimenter dans les palissades, pour prendre ses granules de luzerne le matin. Elle est une femelle si docile et correcte, qu’elle donnera ses granules devant toute tentative des autres pour lui prendre ; en plus elle mange plus lentement. Pour cette raison, les gardiens lui donne à manger séparément, ainsi les avides comme Lima Lima ne peuvent pas la déranger. Ceci n’arrête pas Lima Lima d’essayer mais elle est souvent prise en  flagrant délit par les gardiens. En dépit de ses habitudes avides, Lima Lima et Sonje sont aussi les amies intimes de Shukuru et s’occupent d’elle à tout moment.

Alamaya continue à essayer de tester les limites avec les mâles plus âgés. Un jour, Zongoloni est allée voir pourquoi il avait été poussé par Faraja et a constaté qu’Alamaya s’était mal conduit, essayant de pousser le mâle plus âgé, jusqu’à ce qu’il reçoive une leçon. Zongoloni et Quanza sont très indulgentes envers le petit mâle, acceptant ses jeux espiègles de bousculade, mais il est moins chanceux avec les mâles plus âgés. Mwashoti est toujours un jeune mâle correct et le favori de Murera, bien que parfois il puisse s’emporter aux heures des repas et un jour il a frappé accidentellement un des  gardiens avec sa trompe. Il s’en est trouvé désolé, approchant précautionneusement du gardien comme pour lui dire « je suis désolé ». Il est toujours un bon petit mâle  et  généralement pas un trouble-fête.

Les femelles ont beaucoup de travail avec les mâles plus anciens et souvent Sonje, Zongoloni et Quanza, ou même les trois ensemble, doivent séparer les mâles afin d’arrêter leur querelle. Ceci est normal pour des mâles de leur âge et c’est l’une  des raisons pour laquelle il est important d’avoir des matriarches plus âgées dans le troupeau afin qu’ils l’écoutent (le plus souvent) !

001 Lima LimaLima Lima002 JasiriJasiri

006 MwashotiMwashoti008 FarajaFaraja

009 Murera et QuanzaMurera et Quanza010 Ziwa et NgashaZiwa et Ngasha

011 ZongoloniZongoloni016 ZiwaZiwa

024 ShukuruShukuru020 Jasiri et Lima LimaJasiri et Lima Lima

021 Sonje et MureraSonje et Murera022 le groupele groupe

018 ShukuruShukuru025 SonjeSonje

034 MureraMurera023 AlamayaAlamaya

028 NgashaNgasha029 ShukuruShukuru

030 ZiwaZiwa003 MwashotiMwashoti

031 JasiriJasiri032 SonjeSonje

019 JasiriJasiri015 ZongoloniZongoloni

 

020 le groupe

Ce mois-ci, nous avons dû enfermer Shukuru dans les palissades le matin le temps qu’elle prenne ses granules de luzerne, ceci en raison de notre petite Lima Lima qui essaye de lui voler à chaque occasion ses compléments. Shukuru est une femelle merveilleusement douce, préférant céder face aux autres orphelins plutôt que de s’engager dans une dispute. Parfois les gardiens déplacent Zongoloni au moment des repas près de Lima Lima, car ils savent qu’elle ne se conduira jamais mal en sa présence, vu l’incapacité de Zongoloni à tolérer toute absurdité ! Bien qu’il soit plus jeune qu’elle, Mwashoti essaye t’intimider Shukuru et même a réussi à la pousser un jour ; ceci car il a toujours été le bébé choyé par Murera, Sonje et les gardiens et depuis son arrivée, Shukuru a bénéficié de l’attention des femelles plus âgées et de celle des gardiens. En dépit des protestations de Mwashoti et du caractère avide de Lima Lima, Shukuru s’est très bien installée à Umani depuis le mois de juillet et c’est un soulagement pour nous tous. Nous sommes ainsi enchantés de la voir jouer, charger tout en barrissant, car il n’y a pas de meilleur baromètre santé que quand les éléphants choisissent de jouer.
Ce mois-ci, nous avons trouvé notre petite bébé, Mwashoti, habituellement tranquille et doux devenir turbulent. Il a poussé les femelles plus âgées y compris pour des bêtises, Quanza et Zongoloni, mais elles sont restées tolérantes car il est un petit camarade. Il agit comme un petit mâle coriace, choisissant de mener le troupeau parfois comme s’il était réellement plus âgé. Une nuit, les gardiens ont été étonnés de le retrouver dans l’enceinte des palissades, étant parvenu à tirer sur la chaîne et à ouvrir la porte de sa palissade ! Fait étonnant, les mâles plus âgés, Jasiri, Faraja et Ngasha ont été ce mois-ci plus sages que les petits mâles. Ils sont très protecteurs des autres membres de leur famille. Un jour, un buffle mangeait près du bain de boue et Faraja a fait éloigner le buffle afin que Murera, qui boitait davantage ce jour là, puisse accéder au secteur sans risque. Une autre fois, quand Zongoloni a réveillé un buffle dans son sommeil, Ziwa, Faraja et Ngasha sont venus pour le chasser. Ils comptent sur les femelles plus âgées du troupeau, Quanza, Murera et Sonje pour des conseils et la sécurité et un jour alors qu’ils avaient décidé d’aller promener de leur côté et qu’ils ont rencontré quelques mâles sauvages, ils ont rapidement couru pour rejoindre le reste du troupeau et sont restés avec eux le reste de la journée. Il y a eu un seul incident ce mois-ci quand, çà a été plus fort que lui, pour Faraja, de saisir le moignon de queue d’Alamaya en dépit de savoir ce que cela provoque. Ce dernier s’est retourné pour se battre avec Faraja et Sonje et Lima Lima sont alors venues s’interposer entre eux pour éviter un combat. Pour le pauvre petit et timide Alamaya, le fait de toucher le moignon de sa queue est un douloureux rappel de son traumatisme.

040 FarajaFaraja039 JasiriJasiri

038 ShukuruShukuru037 SonjeSonje

036 Ziwa et NgashaZiwa et Ngasha035 Faraja sur ZiwaFaraja sur Ziwa

033 MwashotiMwashoti032 Quanza et ZiwaQuanza et Ziwa

030 AlamajaAlamaya029 MureraMurera

001 Lima LimaLima Lima002 ZongoloniZongoloni

005 Faraja et NgashaFaraja et Ngasha007 Murera et ShukuruMurera et Shukuru

008 QuanzaQuanza022 jasiriJasiri

016 SonjeSonje011 Limalima et AlamayaLima Lima et Alamaya

013 MureraMurera019 MwashotiMwashoti

006 NgashaNgasha015 ZongoloniZongoloni

008 legroupe

Les gardiens d’Umani ont été au 7ème ciel de recevoir l’orpheline Shukuru ce mois-ci, n’ayant plus reçu de bébé depuis 2016 quand Alamaya et Mwashoti ont été déplacés. Visiblement confuse quand elle est arrivée le 16 juillet, pensant peut-être qu’elle retournait à Ithumba, Shukuru a observé autour d’elle en sortant du camion, accueillie d’abord par Lima Lima et puis par le reste des orphelins d’Umani. Ils n’étaient pas des étrangers, Murera et Sonje l’ayant connue à la nurserie et Lima Lima a été charmante, s’agitant autour d’elle, la tapotant avec sa trompe mais Skukuru à l’évidence était perplexe.

011 le groupe

Ce mois-ci il y a eu de bonnes pluies à Umani, et les chemins pour les éléphants se sont transformés en des ruisseaux avec des clairières grisouteuses. Ceci a été problématique pour les trois éléphants avec leurs pattes compromises, Murera, Sonje et Mwashoti qui savent instinctivement qu’ils doivent prendre des précautions dans ces conditions. Dans le courant du mois, les conditions ont été légèrement plus sèches avec toujours une nourriture abondante. Ce mois-ci, il y a eu beaucoup de rencontres avec les éléphants sauvages et des confrontations avec des buffles auxquels les gardiens doivent faire attention, mais Lima Lima reste toujours vigilante, les avertissant, et repoussant au loin les buffles en barrissant et en chargeant, laissant ses gardiens bien-aimés sains et saufs !

003 le groupe

Comme si les cieux pleuraient avec nous la perte de notre Dame Daphné, ce fût l’un des mois les plus humides que nous ayons vu depuis longtemps, à travers tout le Kenya.  Ce fût d’un tel contraste avec la sécheresse d’il y a 6 mois, perdant tant d’éléphants en état de malnutrition. Heureusement la forêt de Kibwezi n’est jamais trop sévèrement affectée par de tels évènements, ayant la source d’Umani et des eaux souterraines, rendant ce secteur approprié pour notre unité d’Umani, avec des conditions douces pour nos orphelins plus handicapés.

001 le groupe
En raison des sources d’Umani qui alimentent les points d’eau et les sources dans toute la forêt de Kibwezi, le secteur demeure une oasis dans le paysage sec de Tsavo tout au long de l’année. Quand les pluies arrivent, ce secteur revit cependant ! On peut à peine marcher le long des chemins tant la végétation est épaisse. De délicats papillons s’alimentent paisiblement à côté de petits étangs créés par les empreintes des éléphants et quand les orphelins marchent le long des chemins, ils font s’envoler un tourbillon de papillons.

017 le groupe

Avec une atmosphère lourde et humide, nous avons senti les pluies de février arriver. Certains jours ont été trop chauds pour résister et ces jours là nous sommes extrêmement reconnaissants que les palissades d’Umani aient été construites à l’ombre de grands acacias. C’est important pour nos deux demi-frères Faraja et Jasiri avec leur peau claire et ces deux éléphants albinos savent instinctivement qu’ils  doivent s’abriter du soleil de midi et il y a beaucoup d’endroits pour s’abriter dans la forêt de Kibwezi.

022 legroupe

Récemment la dynamique a changé dans le troupeau des orphelins. Murera, âgée de 8 ans, montre un comportement plus individualiste, préférant manger seule, loin du troupeau à certaines occasions. Elle flâne et arrive en retard, montrant moins d’intérêt pour le lait ou la protection des gardiens, répondant de moins en moins quand ils l’appellent, se focalisant sur ses propres fantaisies. En dépit de l’attachement de Murera pour les jeunes du troupeau, elle devient certainement plus indépendante. Elle ne montre pas beaucoup d’intérêt pour les éléphants sauvages à la différence de Sonje, âgée de 6 ans, qui a développé une amitié particulière avec un mâle sauvage et le cherche pour passer du temps avec lui en brousse. Elle n’a pas encore l’âge pour s’accoupler mais ils semblent s’apprécier mutuellement et il la suit aux palissades le soir ; c’est un mâle très doux et il est correct avec les orphelins, en raison certainement des gardiens.

001 le groupe
Umani a été béni par de bonnes pluies et cette belle forêt aux eaux souterraines grouille avec bien plus de libellules et de papillons, de buffles, de bushbucks et avec beaucoup de troupeaux d’éléphants avec leurs nouveau-nés. C’est une belle maison pour nos orphelins qui a été installée en premier pour nos orphelins blessés Murera et Sonje.  Elles ont parcouru un long chemin depuis leur arrivée à Kibwezi en juin 2014, avec leurs pattes compromises en raison de la hanche cassée pour Murera et de la balle logée dans le genou de Sonje.

013 legroupe
Cela fait quatre ans que l’unité de réintroduction dans la forêt de Kibwezi Umani springs a été créée, forêt contrôlée par le DSWT  en partenariat avec Kenya  Forest Service. Des résultats concrets deviennent de plus en plus évidents. Après la construction d’une clôture à la frontière avec le parc national de Chyulu et le long du parc sur 73 kms, le nombre de la faune a augmenté, l’activité illégale a fortement diminué et le braconnage pratiquement supprimé. La barrière protège la communauté environnante des éléphants tout en fournissant un emploi pour entretenir la barrière. Les éléphants sauvages sont vraiment présents dans ce beau secteur et ceci signifie de nombreuses interactions avec nos orphelins presque quotidiennement. La forêt de Kibwezi est une zone de sources  vitales et elle est une magnifique oasis. Les sources d’eau douce surgissent des roches de lave, ayant filtré au travers de la montagne poreuse de Chyulu.

018 legroupe
La forêt de Kibwezi reste luxuriante toute l’année en raison des sources d’Umani et c’est pour cette raison que nous avons choisi cette place pour notre nouvelle unité de réadaptation pour nos orphelins handicapés, ceux qui pourraient certainement ne pas pouvoir faire face à une telle sécheresse qui ravage le reste de Tsavo.  Sonje, Murera et Mwashoti avec leur patte  compromise, qui boitent quand ils marchent, ne pourraient marcher sur de longues distances comme le font les éléphants normalement pour trouver à manger, particulièrement pendant la saison sèche, cela leur porterait préjudice.