Le Groupe de la Nurserie

                                                                    Traduction d’après le journal des soigneurs par  Laurence CORNET

 SOULIGNONS que les soigneurs du DSWT passent énormément de temps jour et nuit avec les orphelins. Les bébés sont aussi différents que nous, non seulement avec leurs différences physiques mais  aussi chacun ayant leurs propres personnalités. Les gardiens disent qu’ils sont comme leurs propres enfants ; ils ont juste besoin de beaucoup d’attention ! 

036 le groupe

Concernant leurs caractéristiques distinctives, Mapia a commencé à réveiller tout le monde quand c’est l’heure du repas au cours de la nuit. Il crie et frappe contre sa porte et même Maxwell de l’autre côté des palissades se réveille.


                                                                    Traduction d’après le journal des soigneurs par  Laurence CORNET Nouvelles du mois d’Afrique : Au Kenya, le gouvernement tente de répondre à la sécheresse qui s'abat sur le pays, en interdisant de couper des arbres dans les forêts kényanes, et ce pour une durée de trois mois. Le but : mettre un frein à la déforestation et sauver les rivières du pays.Petit mot de l’association :         merci à la société Vegan Revolution pour son soutien au travers de parrainage : theveganelephant.com.  Seuls les éléphants doivent porter de l’ivoire. Il ne reste que 20 Tuskers sur la planète (éléphants aux grandes défenses et à une génétique exceptionnelle) ; seul l’Homme en est responsable !
060 legroupe

Toutes les femelles de la nurserie sont affectueuses envers les bébés mais Mbegu, Godoma, Tagwa et Malima, plus âgées, adorent tout particulièrement les jeunes. Elles les surveillent et répondent à chacun de leur appel.En tant que matriarche, Mbegu a beaucoup à faire avec 30 orphelins à la nurserie. A un moment elle n’avait d’yeux que pour Ambo et bien qu’il ait toujours une place spéciale dans son cœur, c’est aux plus jeunes qu’elle prête plus d’attention maintenant. Un bébé auquel les femelles ne prêtent pas beaucoup d’attention est Maktao, en raison de sa tendance à « crier comme un loup » de manière régulière. Il  commence à crier dès qu’il perd de vue ses gardiens auxquels il est très attaché, et quand il s’agite les autres orphelins lui prêtent attention maintenant.Nous avons assisté à une relation très spéciale entre Musiara et Luggard. Au cours de la journée, Musiara a commencé à accompagner certains orphelins plus âgés lors de leurs incursions en  forêt, à la recherche d’une savoureuse végétation, tandis que Luggard préfère rester près de ses gardiens. Au moment des bouteilles de lait, Musiara revient vers Luggard et ensemble ils marchent lentement vers la distribution du lait.

                                                                    Traduction d’après le journal des soigneurs par  Laurence CORNET

N’oublions jamais que les petits orphelins du DSWT sont le résultat du braconnage, du conflit homme/animal et de la sécheresse ; seul l’Homme en est responsable !Petit mot de l’association :   petit rappel : jusqu’au 25/02/18, exposition photo « Sauvez les éléphants d’Afrique » au parc Phoenix à Nice.

Nouvelles internationales : depuis le 31/12/17, C’est désormais officiel : le commerce d’ivoire est devenu totalement interdit en Chine. Accusé d’alimenter le massacre de nombreux éléphants en Afrique, l’Empire du Milieu, premier importateur mondial de défenses de ces pachydermes, a pris des mesures radicales, poussé par les organisations de défense des animaux.

Restons cependant prudents ! Ne serait-pas une mesure afin de faire monter encore le prix de l’ivoire dans les années à venir face à l’extinction des pachydermes ?

024 legroupe

 

      Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET


Nouvelles concernant l’association : face aux réels besoins au KENYA, pour les soins pour les orphelins en constante augmentation face à la sécheresse qui a sévi cette année, pour la lutte anti-braconnage (braconnage encore présent dans Tsavo), pour la mise en place de solutions face aux conflits avec les communautés, pour l’aide aux soins vétérinaires pour les éléphants sauvages, lors de notre assemblée de cette année, nous avons décidé qu’il serait judicieux d’augmenter de 5 euros par an le montant d’un parrainage. A compter de janvier 2018, le parrainage sera désormais de 35 euros par an.    

                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

Nouvelles du mois : ayant été présente au Kenya en septembre, j’ai été le témoin attristé et me suis sentie désemparée devant une sécheresse la plus importante que je n’ai jamais vue, dont on parle dans les premières lignes des nouvelles, avec des éléphants sauvages adultes très émaciés, avec de jeunes bébés à leurs côtés, avec des carcasses de bébés éléphants, sans parler de tout le reste de la faune sauvage très affecté par le manque de végétation. Tsavo a perdu entre 100 et 150 éléphants ! A qui la faute ? Aux humains une fois de plus, à méditer et à se remettre un peu en question ! Heureusement les petits orphelins du DSWT sont bien dodus et heureux, témoins d’un travail remarquable mené sur le terrain.       

Petit message : Les soigneurs du DSWT vous remercient de votre soutien car vous permettez non seulement de soutenir le projet avec les orphelins mais vous permettez aussi de faire vivre leurs familles.

                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

 

Chères Marraines, chers Parrains : comme vous le savez sur 12 mois de l’année, vous avez des nouvelles des orphelins sur 11 mois en raison de notre séjour annuel en Afrique. Aussi nous vous donnons rendez-vous début novembre pour les nouvelles des orphelins du mois de Septembre. Je tiens à rassurer les marraines et les parrains qui parrainent Dupotto et Karisa en les informant qu’ils sont tous les deux revenus à Ithumba aux alentours du 15 aôut, après 2 mois de « fugue ». Dupotto a été récupérée dans un troupeau d’éléphants sauvages, Karisa est revenu en compagnie des ex-orphelins au bain de boue. Seul Kelelari est encore parmi des éléphants sauvages mais comme on dit « jamais 2 sans 3 », on ne désespère pas de le voir revenir lui aussi.

Très bonne fin d’été et bonne rentrée à tous. A bientôt. Les membres de SEA.                                        

 

                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

Nouvelles du mois: La 6ème extinction de masse sur Terre est plus rapide que prévu et se traduit par un « anéantissement biologique » de la vie sauvage, alerte une nouvelle étude. Plus de 30% des espèces de vertébrés sont en déclin, à la fois en termes de population et de répartition géographique. Les mammifères d’Asie du Sud et du Sud-Est sont particulièrement touchés: toutes les espèces de gros mammifères analysées y ont perdu plus de 80% de leur aire géographique.Environ 40% des mammifères – dont des rhinocéros, des orangs-outangs, des gorilles et de nombreux grands félins – survivent désormais sur 20%, voire moins, des territoires sur lesquels ils vivaient autrefois. Le déclin des animaux sauvages est attribué principalement à la disparition de leur habitat, à la surconsommation des ressources, la pollution ou le développement d’espèces invasives et de maladies.  Le changement climatique pourrait aussi y contribuer de plus en plus. Ce mouvement s’est récemment accéléré. Cette « perte massive » en termes de populations et d’espèces « est un prélude à la disparition de nombreuses autres espèces et au déclin des écosystèmes qui rendent la civilisation possible. Les chercheurs appellent à agir contre les causes du déclin de la vie sauvage, notamment la surpopulation et la surconsommation.



                                                                   Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

Nouvelles du mois: La 6ème extinction de masse sur Terre est plus rapide que prévu et se traduit par un « anéantissement biologique » de la vie sauvage, alerte une nouvelle étude. Plus de 30% des espèces de vertébrés sont en déclin, à la fois en termes de population et de répartition géographique. Les mammifères d’Asie du Sud et du Sud-Est sont particulièrement touchés: toutes les espèces de gros mammifères analysées y ont perdu plus de 80% de leur aire géographique.Environ 40% des mammifères – dont des rhinocéros, des orangs-outangs, des gorilles et de nombreux grands félins – survivent désormais sur 20%, voire moins, des territoires sur lesquels ils vivaient autrefois. Le déclin des animaux sauvages est attribué principalement à la disparition de leur habitat, à la surconsommation des ressources, la pollution ou le développement d’espèces invasives et de maladies.  Le changement climatique pourrait aussi y contribuer de plus en plus. Ce mouvement s’est récemment accéléré. Cette « perte massive » en termes de populations et d’espèces « est un prélude à la disparition de nombreuses autres espèces et au déclin des écosystèmes qui rendent la civilisation possible. Les chercheurs appellent à agir contre les causes du déclin de la vie sauvage, notamment la surpopulation et la surconsommation.






L’évènement principal de ce mois de juin a été de dire adieux à Ukame, Wanjala et Galla, alors qu’ils sont partis pour la phase suivante de leur parcours dans Tsavo, à destination des palissades de réadaptation d’Ithumba tôt dans le mois. Ukame s’est progressivement habituée à monter dans le camion lors de la préparation pour leur déplacement à côté de ses amis. Néanmoins, le jour J, tous les orphelins ont suspecté que quelque chose allait se produire et sont devenus de plus en plus méfiants et ont été contraints à monter dans le camion, mais il n’y a pas eu de retard et à 3 H 30 du matin ils étaient sur la route. Le jour suivant, Mbegu, Maramoja, Pare, Lasayen, Rapa, Ndiwa et Mundusi semblaient plutôt tristes, monotones, la compagnie de leurs amis plus âgés leur manquant clairement. Ce jour là, ils sont restés près de leurs gardiens, ne voulant pas s’éloigner du groupe. Plus tard dans le mois, Maramoja, Ndiwa, Mundusi et Mteto se sont regroupés et se sont un peu plus éloignés pour aller brouter, sous la direction maintenant de Maramoja et de Ndiwa, faute d’Ukame, Wanjala et Galla plus âgés.

Un des orphelins au   caractère remuant a posé problème ce mois-ci, il s’agit d’Esampu. Nous savons qu’elle est une femelle espiègle, et en dépit d’être arrivée bébé, juste avec la peau et les os à la nurserie, elle a été une force de la nature dès le départ. Parfois elle est de mauvaise humeur et il n’y a que les gardiens qui peuvent la gérer. Parfois les autres l’ignorent et s’éloignent mais d’autres comme Ambo se défendent, la repoussant, et cela devient sérieux quand des combats éclatent ! Ce qui est intéressant cependant est, qu’en dépit de sa mauvaise humeur, Esampu commence à devenir bienveillante pour les plus jeunes comme Musiara et Sattao. Tagwa et Maramoja ont aussi développé des qualités de nounous, Godoma, Mbegu, Malima, Tamiyoi et Malkia s’occupant déjà des tout petits.

Mteto est une autre femelle un peu grincheuse et jusqu’à présent elle n’a pas montré de signe de tendresse envers les bébés ou envers Luggard qui boîte. Elle semble tout particulièrement détester Luggard et le pousse à chaque fois qu’elle le trouve par hasard, ce que naturellement les gardiens surveillent et empêchent. Mais parmi tous les grincheux de la nurserie, il y en a qui aiment faire des bêtises et faire sourire tout le monde. Ndotto en est un bien sûr, mais Jotto va être le prochain farceur, jouant et initiant de nouveaux jeux constamment. Kuishi et Tamiyoi sont deux autres femelles espiègles, observant pour tirer profit des situations. Par exemple, Kuishi grimpe continuellement sur le dos d’Esampu quand elle joue au ballon et qu’à chaque fois qu’elle le manque elle tombe, ou bien, à une autre occasion où elle s’est endormie sur un tas de terre, avec ses pattes avant et arrière débordant du tas. Tamiyoi, un jour, marchait tranquillement derrière Jotto et quand ce dernier s’est tenu au bord du bain de boue, elle l’a poussé dedans, avant de faire demi-tour tout en paraissant innocence du délit !

Malima est une femelle « étrange » avec un tel amour pour la boue ! Il est naturel que les éléphants emploient de la boue pour rafraîchir leur corps et parfois juste pour s’amuser, mais souvent elle est la seule à entrer dans le bain de boue, en dehors du groupe, tout particulièrement les matins froids où aucun des autres n’est enclin à le faire, mais Malima s’y trouve comme c’était prévisible. Le petit Musiara semble aimer l’eau exactement comme d’autres, se baignant sans se soucier du reste du monde et on le retrouve parfois   complètement submergé. Les femelles plus âgées comme Godoma et Mbegu gardent un œil sur lui.

Ce qui nous a quelque peu étonnés ce mois-ci a été la réaction de Rapa vis-à-vis du nouveau-venu du Mara, Sopat. Malheureusement ce petit a succombé suite à son piteux état vers la fin du mois, criblé de vers et   de parasites dans le sang, mais Rapa qui est connu comme étant un peu despote, s’est caché à l’intérieur de l’enceinte des palissades quand tous les autres partaient en forêt, afin de communiquer à travers les barreaux des palissades avec le petit quand il est arrivé. Nous avons été perplexes mais également heureux de le voir devenir un mâle bienveillant. Murit est le mâle le plus bienveillant de la nurserie et a apprécié de jouer avec tous les autres ce mois-ci. Nous sommes heureux de le voir en bonne santé et fort comparativement à il y a un an. Il a certainement lutté pour survivre, mais il s’épanouit maintenant et nous avons vu nettement une amélioration, ce qui est une victoire !

Kiko, la girafe, a reçu quelques visites de girafes sauvages ce mois-ci. Un jour, une femelle sauvage l’a approché dans l’enceinte des palissades mais il a couru au loin et pendant quelques jours, il n’est pas sorti pour aller dans la forêt, deux femelles sauvages ont décidé de revenir pour le revoir. Elles se sont avancées vers lui avant qu’il s’aperçoive de leurs présences et alors il les a observées pendant un moment avant d’aller encore se cacher ! Ce mâle, presque âgé de deux ans, est encore timide vis-à-vis des autres girafes.

Notre ex-orpheline rhinocéros Solio a rendu visite à deux fois   ce mois-ci à Maxwell. Ils se sont salué à travers les barreaux de sa palissade et ont joué en se cognant les cornes. A la seconde visite de Solio, Maxwell a été si enthousiaste de la revoir, qu’il a frappé très fort sur l’une des portes et l’a cassée. A l’aube, il est sorti et a surpris les gardiens désorientés autour de sa palissade ! Robert et Angela ont immédiatement été appelés afin d’improviser une porte pour son boma et l’attirant avec de la canne à sucre, il est rapidement rentré dans sa palissade et il est allé immédiatement s’allonger comme tous les jours. Heureusement Solio, dans le drame, était uniquement préoccupée par la luzerne donnée par les gardiens.




 

Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

 

Nouvelles du mois d’Afrique : KENYA : bonne nouvelle pour le parc de Tsavo : grâce au travail du DSWT avec les unités anti-braconnage et les unités vétérinaires, grâce au KWS, la population d’éléphants a augmenté de 14 %. TCHAD : dans le parc national de Zakouma il y a de plus en plus d’éléphants grâce à la décision du gouvernement de faire appel à Afrikan parks (un couple de sud-africains) pour leur accorder la gestion du parc, après avoir perdu 90 % de ses éléphants. ZIMBABWE : 10 éléphants ont été empoisonnés dont une mère et son jeune bébé dans le parc de Hwange par des braconniers.

Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

 

Nouvelles du mois : KENYA : durant le mois d’avril, les unités anti-braconnage du DSWT et le KWS ont procédé à 34 arrestations dont 10 braconniers dont 3 pour l’ivoire. 425 pièges ont été prélevés. 35 fours pour le charbon à bois ont été détruits principalement dans les Chyulus. A été déployé un nouveau système d’enceinte pour le bétail en raison de l’introduction des bétails dans les parcs. 4 carcasses d’éléphants ont été trouvées dans les régions de Mtito, Burra et Meru. Les unités mobiles vétérinaires sont intervenues à 3 reprises pour la faune sauvage. FRANCE : après le cirque BARNUM, le cirque BOUGLIONE abandonne ses numéros avec des animaux (éléphants et lions) suite à la décision de ses petits enfants.

041 Legroupe

Le mois d’avril a été déterminant car les nouveaux orphelins se sont adaptés à leur nouvelle routine en finissant par connaître leur nouvelle famille de la nurserie, tandis que les orphelins plus âgés s’adaptaient aux changements occasionnés par l’arrivée des nouveaux venus.

                                                                                                                                                                          Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET


027 legroupe
Nouvelles du mois d’Afrique : KENYA Parc de Tsavo : augmentation du braconnage ce mois-ci en raison de plusieurs facteurs : une sécheresse sévère et l’approche des élections présidentielles au mois d’août (le dernier pic ayant été noté lors des précédentes élections en 2012). 9 carcasses ont été vues dans la même zone par la surveillance aérienne dont 6 de cette année et une d’il y a un an avec des défenses intactes. Les gardes du KWS ont été confrontés à un gang de braconniers : un garde abattu par arme à feu ; 2 braconniers abattus et 2 décédés de leurs blessures. Grâce la surveillance par hélicoptère un éléphant sauvage repéré blessé à Ithumba et soigné. Les chiens sauvages sont en augmentation dans le parc, un bon indicateur de la qualité de l’écosystème.Le mois de mars a été tristement occupé par des missions de sauvetage avec pas moins de 7 orphelins arrivant à la nurserie et avec deux sauvetages en un jour !


Trouvez nous sur le net