• Connexion parrain:

(m), né en Novembre 2018

L'HISTOIRE de MAYAN

L'histoire de Mayan est une histoire que nous avons attendu un certain temps avant de la raconter. Il est l'un de nos bébés miracles, si ce n'est le bébé miracle. Le sauver a été une saga dans tous les sens du terme, ponctuée de hauts et de bas. Pendant une grande partie de sa petite enfance, nous avons dû lutter quotidiennement pour le maintenir en vie. Tout a commencé le 5 décembre 2018, lorsque KWS a reçu un appel de la prison de Manyani. Lors de leurs rondes matinales, les gardiens avaient trouvé un éléphanteau au fond de la fosse septique de la prison. Son petit corps était complètement submergé, seule sa trompe dépassant des eaux usées comme un tuba désespéré. Nous ne pouvons qu'imaginer l'angoisse de sa famille, qui n'a pas pu tenter de l'extraire, mais l'environnement était hostile aux éléphants, et ils ont finalement été contraints de l'abandonner. Toute chance de le réunir avec son troupeau s'étant évaporée, KWS a organisé un sauvetage lorsqu'elle a reçu le rapport de la prison. Le Dr Poghon de l'unité vétérinaire mobile de KWS/SWT Tsavo s'est rendu à la prison, tout comme l'équipe anti-braconnage de Burra. Ils ont récupéré leur petit protégé et l'ont conduit à notre unité de réintégration des éléphants à Voi, où il a été soumis à un nettoyage en profondeur (dont il avait désespérément besoin). Pendant ce temps, notre hélicoptère s'est rendu à Voi pour récupérer l'éléphanteau et l'amener à notre pouponnière pour nouveau-nés de Kaluku : compte tenu de son jeune âge et de son état extrêmement fragile, nous avons déterminé qu'à Kaluku, nous pourrions lui offrir le meilleur espoir de survie. Nous avons nommé l'éléphanteau Mayan. Sauver un éléphanteau est un formidable défi, mais la période prolongée de Mayan dans la fosse septique a ajouté une toute autre couche de complications. En 1993, nous avons sauvé Emily dans la même situation et à un âge très similaire, et il lui a fallu près de quatre mois pour se rétablir. Nous nous sommes préparés à un combat tout aussi difficile pour sauver la vie de Mayan. Malgré son horrible épreuve, Mayan semblait d'abord pouvoir s'en sortir. Après avoir été traité aux antibiotiques pour éviter l'infection, Mayan s'est d'abord bien nourri et a pris du poids. Mais ensuite, la redoutable période de dentition s'est installée. C'est une période difficile pour tout éléphanteau, car quatre énormes molaires percent les gencives. Cela entraîne une perte dramatique de l'état de santé de l'animal, et très souvent, cela peut mettre sa vie en danger. C'était le cas de Mayan. Nous avons tout essayé, mais il a dépéri sous nos yeux. Même après que ses molaires ont été passées, son état a continué à se détériorer. Pendant des mois, il n'était plus que l'ombre d'un éléphant, à la limite de la vie et de la mort. Il souffrait de chutes d'hypoglycémie quasi quotidiennes et il fallait lui administrer des perfusions pour le réanimer. Cependant, ses gardiens n'ont jamais faibli. Même lorsqu'il semblait que tout était perdu, ils sont restés optimistes. Au troisième mois, nous savions que nous étions en sursis. Après tant de perfusions, les veines des oreilles de Mayan commençaient à s'affaisser. Pourtant, les perfusions étaient la seule chose qui le maintenait en vie. Mais alors que tout espoir semblait s'être évaporé, Mayan a pris un virage. Il n'y a pas eu de moment eurêka ; ce qui avait commencé par deux jours sans effondrement s'est transformé en deux semaines, puis en deux mois. Daphne Sheldrick avait l'habitude de dire qu'on pouvait prédire si un orphelin allait survivre grâce au feu dans ses yeux. Pour les Mayas, cela avait une dimension supplémentaire. La première chose qu'on remarque chez Mayan, ce sont ses yeux. Ils sont d'une couleur dorée extraordinaire, comme on n'en a jamais vu chez un éléphant. Quand ses yeux de miel ont repris vie, nous avons su que nous allions gagner. À partir de ce moment, Mayan a fonctionné à plein régime. Il s'est immédiatement intégré à la bande de Lemeki et Thamana - et était impatient de rattraper le temps perdu ! Une fois qu'il a eu assez d'énergie pour les suivre, il s'est lancé à corps perdu dans les jeux des éléphants. Bien que Lemeki ait la réputation (largement méritée !) d'être égocentrique, nous devons reconnaître qu'elle s'est beaucoup occupée du petit Mayan. Elle a clairement compris qu'il avait besoin d'une attention particulière et lui réservait toujours un traitement spécial. Et puis, la calamité a frappé une deuxième fois. À notre grande horreur, un bâton s'est enfoncé dans l'œil de Mayan, le rendant partiellement aveugle. Son globe de miel est devenu d'un blanc laiteux sinistre, et nous nous sommes demandé si cet œil verrait à nouveau un jour. Une fois encore, l'espoir semblait perdu, mais nous n'avons jamais abandonné. En étroite collaboration avec un spécialiste des yeux, nous avons suivi religieusement un protocole de traitement. Semaine après semaine, la couleur miel de son œil est revenue et, à notre immense soulagement, il a retrouvé la vue. Mayan, qui fait partie de l'équipe de baptême de notre pouponnière pour nouveau-nés, a reçu une éducation très colorée. Il est parfaitement à l'aise parmi un assortiment éclectique de créatures orphelines, des rhinocéros aux girafes en passant par les buffles et toutes sortes d'antilopes. Cependant, le meilleur ami de Mayan est Vaarti. Ce petit a été sauvé dix mois après Mayan, et ils sont inséparables depuis. Ils se promènent en tandem autour de Kaluku, faisant le bonheur de tous par leurs joyeuses pitreries. Les problèmes de santé de Mayan ont freiné sa croissance, et il reste assez petit pour son âge. Mais ce qui lui manque en taille, il le compense par son caractère. Pour faire simple, Mayan est un optimiste. Même dans les pires moments de sa vie, son esprit n'a jamais faibli, et c'est pourquoi il est encore en vie aujourd'hui. Il a dû livrer une bataille formidable pour survivre, et la plupart des jeunes éléphants n'auraient pas été à la hauteur du défi. Dans son petit corps et son comportement enjoué se cache un esprit féroce. Ne vous y trompez pas : Mayan est un cœur de lion, de part en part.