• Connexion parrain:

(f), née en Février 2016

L’HISTOIRE d‘ ENKESHA: Ce bébé éléphant d'environ un an a été aperçu pour la première fois avec un piège métallique autour de sa trompe le soir du 10 février à Ngirare dans le Triangle de Mara, parmi un grand troupeau d'éléphants sauvages. Compte tenu de l'heure tardive, aucun espoir de l'opérer ce soir,, alors la direction de Mara Conservancy en a informé le lendemain matin le vétérinaire mobile de KWS. Au cours de la nuit, le troupeau s'est déplacé vers une zone boisée, ce qui rendait difficile l'opération pour soulager le bébé du piège effrayant qui tranchait sa trompe. L'hélicoptère du Projet Mara Elephant a été sollicité et le pilote Mark Goss a pu repousser doucement le troupeau du fourré dense vers un terrain plus dégagé. Il était évident que le bébé souffrait atrocement. Le petit a été immobilisé en utilisant 1 mg de chlorhydrate d'étorphine administré dans une fléchette Dan-Inject de 1,5 ml provenant d'un véhicule, après quoi il a fallu dix minutes pour que les médicaments agissent pleinement. Pendant ce temps, la mère était tenue à l'écart pour permettre l'examen de la plaie où le collet tendu avait pénétré profondément dans le tronc, le sectionnant presque complètement; laissant juste une petite partie intacte. Les équipes étaient confrontées à trois options: amputer le tronc, tenter de le reconstruire ou le laisser tel quel. cependant, aucune de ces options ne pourrait être entreprise sur le terrain, car une surveillance constante et des médicaments seraient nécessaires, auxquels s'ajouterait l’éléphanteau qui devrait être abreuvé et nourri pendant la récupération. Après beaucoup de délibérations et de consultations entre la direction de Mara et le vétérinaire KWS, il a été décidé de la capturer et de la transférer à la nurserie de DSWT à Nairobi pour une éventuelle intervention chirurgicale. La blessure a été soigneusement nettoyée et temporairement reconstruite avant le transfert à la nurserie de DSWT à Nairobi pour une éventuelle intervention chirurgicale. Elle a reçu 20 mg de Dexaméthasone sodique anti-inflammatoire par voie intraveineuse et 20 mg de plus par voie intramusculaire pour soulager la douleur et éviter le choc mais au moment où elle était dans l'avion, l'éléphanteau était de nouveau pleinement conscient en transit. Bien sûr, prendre un bébé à sa mère n'est jamais une décision prise à la légère par le Kenya Wildlife Service, mais on a estimé qu'il n'y avait pas beaucoup d'option si ce bébé devait rester en vie avec un tronc intact.Il s'est avéré que le deuxième jour après l'opération, "Enkesha" ,comme le bébé a été nommé, avait réussi à éclater tous ses points de suture. L'amputation du tronc a été envisagée, on a décidé que le bout du tronc est extrêmement important quand il s'agit de ramasser de la nourriture et qu'elle aurait besoin de son tronc pour survivre dans la nature, en particulier pendant les saisons sèches. Toute autre opération était également exclue étant donné qu'elle en avait déjà eu deux rapidement et qu'une autre pouvait risquer sa vie, puisque la drogue de réveil était toujours dans son système, ce qui signifiait qu'il y avait un risque qu'elle ne puisse pas être amenée encore après l'immobilisation plus loin. Depuis, les gardiens ont travaillé très fort pour garder Enkesha heureuse et engagée, en veillant à ce qu'elle ne soit pas infectée afin que la guérison naturelle puisse progresser. Étonnamment, sa blessure guérit bien, malgré un voyage lent et minutieux, on ne prévoie pas qu'il soit entièrement réparé, mais au moins une partie de celui-ci grandira ensemble, rendant le trou béant original beaucoup plus petit qu'auparavant. Pendant la période où la blessure était si douloureuse, nous avons pu lui donner à la fois du lait et de l'eau par la bouche afin que son état corporel ne se détériore pas dramatiquement. En tout, l'amélioration d'Enkesha a été remarquable, et la capacité d'utiliser ce qui reste de sa malle a dépassé nos attentes. Ce serait un de ces pièges, probablement destinés à piéger un herbivore, qui a entravé indistinctement cette petite. Quand elle se débattait, le collet se serait arraché et finalement, dans son cas, elle a réussi à se libérer du point d'ancrage, mais pas avant qu'elle ait un garrot tranchant sa malle. Elle était là depuis un certain temps avant d'être aperçue et aidée pour la première fois, et c'était cette torsion cruelle du destin qui l'avait privée de sa famille, mais heureusement pas sa vie. Nous sommes sûrs qu'elle va se remettre dans la plénitude du temps, assez pour vivre parfaitement une vie sauvage une fois de plus.Plus des Photos : https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/enkesha/gallery