• Connexion parrain:

(m), né en Janvier 2019

LHISTOIRE de BONDENI:Le matin du 4 février 2019, un éléphant nouveau-né a erré dans un village bordant les collines de Chyulu. Savoir pourquoi un bébé si jeune avait été abandonné, reste un mystère. Cependant, nous devons supposer que son troupeau a été dérangé alors qu'ils s'aventuraient sur les terres communautaires, et dans le chaos, il a été laissé pour compte. Compte tenu de son triste état, il a dû voyager loin: ses petits pieds étaient couverts de lacérations des champs de lave qui dépassent des terres entourant le Chyulus. Ce terrain précaire présente un danger pour n'importe quelle créature, encore davantage pour une créature aussi tendre qu'un éléphant nouveau-né. Aucun troupeau d'éléphants n'avait été aperçu dans les environs, anéantissant tout espoir de le retrouver avec sa mère. Dès que nos équipes basées dans la forêt de Kibwezi et KWS ont reçu des rapports du petit de la communauté voisine, nous avons mobilisé un sauvetage. Entre-temps, la communauté dans laquelle il avait erré le protégeait avec vigilance. Cependant, l’arrivée d’un éléphant nouveau-né suffit à susciter l’intérêt de tout le monde, et les foules se rassemblaient pour apercevoir ce spectacle inhabituel. Lorsque nos gardiens d'Umani Springs, l'équipe de Kenze De-Snaring et les gardes KWS sont arrivés sur les lieux, ils ont été accueillis par un bébé visiblement dépassé et effrayé. Nous l'avons nommé Bondeni, d'après la zone où il a été trouvé. Umani de plus en plus costauds, ont été totalement frappés par ce petit chérubin. Même s'il était tentant de l'élever là-bas, il y avait une pierre d'achoppement cruciale: les orphelins plus âgés comme Sonje, Murera, Lima Lima, Quanza et Zongoloni seraient tellement obsédés qu'ils le ramasseraient, ce qui rendait difficile pour les Gardiens de fournir les soins spécialisés et les tétées régulières qui sont si vitales pour un bébé fragile de l'âge de Bondeni. Nous avons vécu cela à plusieurs reprises à Voi, il y a des années, c'est pourquoi nous n'élevons pas de très petits bébés aux côtés de nos orphelins plus âgés. Et ainsi, nous avons gardé les orphelins Umani à une bonne distance pour ne pas trop compliquer les choses. Bientôt, l'un de nos gardiens le plus expérimenté, Misheck, est arrivé avec notre pilote Andy dans l'hélicoptère SWT. Bondeni a été soigneusement rangé à l'arrière de l'avion, avec Misheck à ses côtés pendant la durée du court vol. Il est arrivé à Kaluku avec toute la journée devant lui. Il était clair que ce petit garçon débordait de personnalité. Bondeni était si jeune qu'il n'a pas pleinement compris tout ce qui s'était déroulé dans sa courte vie et a embrassé sa nouvelle famille à Kaluku sans hésitation. Il a rejoint deux femelles un peu plus âgées qui étaient très amoureuses d'un si petit taureau pour compléter leur trio. Pendant le premier jour, Bondeni avait initialement du mal à marcher en raison de ses pieds très endoloris, nous avons donc porté une attention particulière à ses blessures en les nettoyant et en administrant des antibiotiques topiques. Pour le reste de la journée, il suivit joyeusement sa nouvelle famille d'éléphants humains autour des pelouses de Kaluku et le long des plages de sable blanc de la rivière Athi. Sous la direction experte des gardiens Misheck et Kingoo, Bondeni a grandi dans un environnement choyé qui est parfait pour les éléphants en bas âge. Il a également bénéficié de toute l’attention d’Angela et de Robert et de la compagnie d’autres bébés orphelins. Il a passé un an et demi à explorer la poche de paradis qu'est Kaluku, à jouer sur les plages de la rivière et à faire la sieste à l'ombre des acacias. Compte tenu des températures chaudes, il n'était pas inhabituel pour lui d'avoir deux ou trois bains de boue en une seule journée. Il est devenu un garçon très joueur, constamment en mouvement, et il adore charger n'importe quelle cible en mouvement! Comme tous les bébés éléphants, il a encore besoin de beaucoup de sommeil. La nuit, lui et ses amies se retiraient dans leurs écuries personnalisées, construites pour refléter celles de notre pépinière de Nairobi. Tout comme à la crèche, chacun était couché avec un gardien dédié, qui prodiguait des soins sur mesure tout au long de la nuit. Kaluku a été une maison parfaite pour le petit Bondeni pour passer ses premières années, mais il est devenu clair qu'il bénéficierait énormément du mentorat d'éléphants plus âgés. Alors que ses copines lui font des câlins à la pelle, il a besoin de la compagnie d’éléphant mâle un peu plus âgés, qui lui apprendront à se battre et à toutes les autres choses que les petits éléphants aiment faire. En plus de cela, Tsavo est extrêmement sec en ce moment, donc trouver suffisamment de verts pour satisfaire son appétit croissant devenait un défi. Pour ces raisons, nous avons décidé de déplacer Bondeni et ses deux amies spéciales dans notre nurserie de Nairobi. Ici, ils pourraient bénéficier de la compagnie des autres orphelins, formant des amitiés spéciales qui les porteront tout au long de leur vie, alors qu'ils retournent lentement dans la nature au cours des années à venir. En prime, Nairobi a été bénie avec une pluie abondante cette année. La nourriture est abondante, comme en témoignent les bébés de la crèche, tous gras comme du beurre! Cette fois, notre procédure de graduation a été inversée. Alors que l'horloge sonnait à minuit le 3 septembre, nous avons chargé le trio de bébés sur le camion en mouvement. Le trajet vers Nairobi a eu lieu pendant la nuit, ils seraient donc en transit lorsque les températures sont les plus fraîches. Bondeni et ses amis ont grignoté des légumes verts frais et ont dégusté des bouteilles de lait dans le confort de leurs compartiments individuels, apaisés par leurs gardiens tout au long du voyage. Le convoi a fait un très bon moment, arrivant à la garderie à 4 heures du matin. Nous avons préparé trois écuries voisines pour les nouveaux arrivants, dans lesquels ils sont entrés placidement avec leurs fidèles Gardiens, qui sont à leurs côtés depuis le tout début. Rien n'échappe à notre matriarche de la nursery, Maisha, et elle a tranquillement regardé les débats se dérouler depuis sa propre palissade. Nous ne doutons pas que les canaux de communication des éléphants étaient en effervescence, car on a appris que trois nouveaux arrivants étaient apparus sous le couvert de l'obscurité. Des trois, Bondeni était le plus agité lorsqu'il réalisa qu'il n'était plus à Kaluku. Il a exprimé son mécontentement en faisant des têtards dans son écurie, mais fidèles à leur forme, ces acrobaties en colère se sont rapidement transformées en jeux de roulement dans le foin. Ce matin-là, Bondeni et ses amis ont été lentement présentés au reste du troupeau de la pépinière. Sans surprise, ce fut le coup de foudre. Les femelles plus âgées se précipitèrent autour de lui, le caressant avec leurs troncs et ombrageant chacun de ses mouvements. Bien qu'ils lui fournissent l'affection dont tout jeune éléphant a besoin, nous savons qu'il prospérera également grâce à l'amitié stimulante d'autres jeunes mâles comme Roho, Naboishu et Mukkoka. Misheck et ses autres gardiens de Kaluku ont également déménagé à la crèche, et leur présence réconfortante a beaucoup aidé Bondeni et les filles à s'installer. Des pentes de lave déchiquetées des terres communautaires sous le Chyulus, aux berges sablonneuses de Kaluku, en passant par la terre rouge de Nairobi, Bondeni a déjà voyagé loin pour un éléphant si jeune. Ici, à la crèche, il continuera à trouver son équilibre et, quand il sera prêt, il poursuivra son voyage de retour dans la nature dans l'une de nos unités de réintégration à Tsavo. Jusque-là, notre petit Bondeni gâté continuera à s'épanouir parmi les autres orphelins et gardiens qu'il considère déjà comme une famille. Plus des Photos : https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/bondeni