• Connexion parrain:

(m), né en Mai 2021

L' Histoire de MAGENO

Mageno est un jeune mâle remarquable. Malgré son jeune âge, il a déjà survécu à une sécheresse brutale et est devenu une figure de grand frère pour deux filles spéciales. Son histoire commence le matin du 15 juin 2022, alors que Wildlife Works effectue une patrouille de routine dans les ranchs de Taita, qui constituent la zone tampon entre le parc national de Tsavo Est et celui de Tsavo Ouest. En survolant le ranch de Mgeno, le pilote, Keith Hellyer, a repéré un éléphanteau effondré et mal en point dans ce vaste paysage aride. Un balayage aérien a révélé qu'il n'y avait aucun troupeau dans la région, ce qui a confirmé que le bébé était abandonné et orphelin. La sécheresse est une période difficile pour les éléphants, et ce sont souvent les plus jeunes qui sont les premiers à tomber. La nourriture étant rare, les mères luttent pour obtenir une alimentation suffisante pour se nourrir et produire suffisamment de lait pour leurs petits. C'est un paradoxe de la survie : les éléphants doivent constamment se déplacer pour trouver du fourrage frais, mais les éléphanteaux privés de lait deviennent trop faibles pour continuer. C'est alors que les mères sont contraintes de prendre des décisions déchirantes, abandonnant leurs bébés pour le bien-être du troupeau. Bien que nous ne puissions en être sûrs, nous pensons que cela aurait pu être le destin de ce petit. Il a fait une figure tragique, faible et seul dans un maquis frappé par la sécheresse. Lorsque notre unité vétérinaire mobile SWT/KWS Tsavo est arrivée sur les lieux, elle a craint qu'il ne soit trop tard pour lui. Mais alors qu'ils s'approchaient, il s'est levé de façon inattendue. Cet effort a épuisé son énergie et n'a fait que souligner son état de faiblesse. Il avait manifestement été privé de sa mère depuis longtemps.Pour gagner un temps précieux, notre hélicoptère l'a pris en charge et l'a transporté directement à la pouponnière de Nairobi, où une équipe de gardiens l'attendait pour lui prodiguer les soins dont il avait besoin de toute urgence. Pour honorer les origines de l'orphelin, nous l'avons appelé Mageno, qui est le nom du ranch où il a été trouvé, avec une légère entorse à l'orthographe. Ainsi commença un état très précaire pour Mageno. Il était criblé de parasites, ce qui mettait encore plus à l'épreuve son corps affaibli. Bien qu'il ait eu la chance de faire ses dents, il était très réticent à l'idée d'ajouter des morceaux de légumes verts à son lait, ce qui lui apportait des nutriments essentiels. Ses gardiens l'ont nourri avec des aliments supplémentaires, l'aidant patiemment à prendre du poids. En raison de son état fragile, Mageno était trop faible pour rejoindre le grand troupeau d'orphelins. Il a donc été placé dans la "brigade des couvertures" avec les nourrissons. Il a plusieurs mois de plus que Nyambeni et Mzinga, mais il s'est parfaitement intégré à leur petite bande. Nous sommes émerveillés de voir à quel point il est doux et patient avec elles, presque comme une mini-matriarche en forme de mâle. Les filles vouent un culte à leur "grand frère" et suivent joyeusement tous ses mouvements. Mageno et Nyambeni sont particulièrement proches ; elle accroche souvent son tronc sur son dos ou se blottit contre lui. Tous trois ont vraiment contribué à leur guérison mutuelle. Lorsque Mageno ne traîne pas avec ses petites sœurs, il aime faire la poussière et prendre des bains de boue. Bien que la plupart des orphelins soient assez pointilleux sur les conditions dans lesquelles ils se vautrent, Mageno est impatient d'y plonger même s'il fait froid ! En quelques mois seulement, le bébé apathique que nous avons sauvé s'est transformé en star du bain de boue. Ce n'est que le début pour notre nouveau "grand frère".

https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/mageno