• Connexion parrain:

(), né en Décembre 2014

L’HISTOIRE de SAPALAN

Étant donné que ces observations avaient été faites sur plusieurs jours, il était évident qu'il était orphelin, avec ses joues creuses et son ventre bedonnant, signe de malnutrition, c'était un miracle qu'il soit encore en vie dans une zone avec une telle population de prédateurs. Ses glandes temporales étaient en train de couler, un signe évident de stress, mais il s'est concentré pour se nourrir de l'herbe, et sinon il semblait fort. Angela a contacté l'unité vétérinaire du Mara DSWT/KWS pour qu'elle se rende sur place afin d'examiner le jeune éléphant et de consulter la direction de la conservation du Mara pour décider si un sauvetage était nécessaire. Une réunion sur le site où le veau a été aperçu pour la dernière fois a été coordonnée, avec la participation des rangers du poste de rangers Kilo 2, du directeur du tourisme du Triangle de Mara, Alfred Bett, et de l'équipe vétérinaire du KWS/DSWT. Bien qu'il ait été estimé âgé de plus de deux ans et demi, il était évident pour tous ceux qui l'ont observé que sans intervention, il ne ferait pas de vieux os. Les prédateurs de cette région sont des chasseurs d'éléphanteaux très efficaces, et il était menacé par les lions et les hyènes tant qu'il resterait seul et peu protégé. Il a finalement été décidé de le secourir avant qu'il ne soit trop tard, mais vu l'heure, les plans ont été reportés au lendemain. Un bébé robuste de près de 3 ans, le sauvetage nécessitait une planification et une force humaine pour le hisser et le soulever à la fois sur le Land cruiser et l'avion, et donc la logistique a été organisée et Angela a été informée que le sauvetage allait avoir lieu le lendemain. Le 14 septembre 2017, l'unité vétérinaire de DSWT/KWS est partie tôt pour fouiller la zone où il avait été localisé la veille. Ce n'était pas une tâche facile car il n'était pas facile à repérer étant donné les longues herbes à l'époque, qui l'engloutissaient littéralement par moments. Tout le monde espérait qu'il avait survécu à une nouvelle nuit, compte tenu des risques encourus, et qu'il serait retrouvé vivant et non mutilé par des prédateurs. Heureusement, il a été aperçu à midi et toutes les dispositions ont été prises pour mobiliser l'équipe de DSWT de Nairobi avant de tenter de le capturer, afin qu'il ne reste pas couché trop longtemps. Heureusement, son emplacement n'était pas très éloigné de la piste d'atterrissage de Serena dans le triangle du Masai Mara. Sur place se trouvaient des membres de l'unité vétérinaire mobile de Mara, financée par DSWT, ainsi que le PDG de la conservation de Mara, M. Brian Heath, Alfred Bett, Emanuel Melai, administrateur de la conservation, et David Aruasa, le touriste. Lorsque l'équipe de DSWT Nairobi a finalement décollé, il était 14 heures et Angela a coordonné la capture du bébé avec l'équipe vétérinaire. Tout le monde s'est mis à l'œuvre et a maîtrisé le bébé en lui jetant une couverture sur la tête et en l'attachant avec des sangles. Ils l'ont ensuite allongé sur une civière en toile, l'ont chargé dans un Land Cruiser et l'ont conduit sur la courte distance jusqu'à la piste d'atterrissage pour attendre l'équipe de Nairobi. À 2 h 45, les deux équipes de secours se sont retrouvées sur la piste d'atterrissage pour transférer leur précieuse, mais lourde, cargaison. Le chargement du jeune éléphant a pris du temps, toutes les mains sur le pont le soulevant et le tirant, mais une fois qu'il a été confortablement attaché à l'arrière de l'avion Cessna Caravan, ils n'ont pas perdu de temps et ont rapidement décollé pour rejoindre les jeunes orphelins qui se trouvent actuellement dans la nurserie de Nairobi. Il est arrivé déconcerter mais fort et, une fois en sécurité dans sa palissade, il a été entouré par les autres éléphants orphelins qui étaient rentrés pour la nuit. Cela l'a réconforté. Une couverture a été tendue sur la porte de son parc pour que personne ne le dérange et qu'il ait le temps de s'installer, aidé par son voisin Rapa. Il s'est concentré sur l'alimentation avec la verdure fraîchement coupée placée dans son enclos, mais Rapa était extrêmement intéressé par son nouveau voisin, ayant précédemment eu Ndiwa à côté, ce qui constituait un changement radical, et étant lui-même un jeune taureau, il évaluait la situation de très près, étant donné que ce  garçon était nettement plus grand que lui. Ndiwa a décidé de laisser la grande palissade à la disposition du nouveau venu, conscient qu'il lui faudrait quelques jours pour s'apprivoiser et qu'il avait donc besoin de beaucoup d'espace. L'équipe de Mara Conservancy impliquée dans le sauvetage a demandé que ce veau soit nommé Sapalan, et étant donné qu'ils ont tous joué un rôle essentiel dans son sauvetage, nous avons honoré leur souhait. Il a fallu du temps pour apprivoiser Sapalan, mais en un rien de temps, il était accroché à son biberon. Cela l'a heureusement aidé à se calmer et, très vite, il s'est senti à l'aise en compagnie des gardiens. Après quelques semaines, il a pu rejoindre les autres dans le parc national de Nairobi. Étant donné qu'il a déjà vécu une vie sauvage pendant plus de deux ans, nous sommes convaincus que Sapalan ne tardera pas à rejoindre les anciens orphelins sauvages pour une vie plus indépendante, maintenant qu'il a rejoint notre unité de relocalisation d'Ithumba dans le parc national de Tsavo.

Plus des Photos: https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/sapalan/gallery