• Connexion parrain:

(), né en Juillet 2019

L'HISTOIRE de NALEKU

Le 2 janvier 2020, nous avons reçu un rapport de KWS concernant un éléphanteau orphelin dont la mère était morte la nuit précédente dans le Masai Mara. Des éclaireurs du Mara Elephant Project (MEP) avaient surveillé l'éléphanteau et sa mère quelques jours avant sa mort, inquiets de son mauvais état. Elle est décédée dans la nuit du 1er janvier, mais les raisons de sa mort ne sont pas claires. Malheureusement, une autopsie n'a pas été possible, car il ne restait pas grand-chose d'elle après que les prédateurs s’étaient rassasiés cette nuit-là. La décision a été prise de sauver le jeune bébé, qui, âgé d'environ six mois, ne pouvait tout simplement pas survivre sans le lait de sa mère ou la protection de ces mêmes prédateurs. Le vétérinaire du KWS, Isaac Lekelol, a été mobilisé pour accompagner les gardiens du SWT dans l'avion de secours afin de faciliter le sauvetage. Pendant ce temps, les rangers du MEP ont gardé un œil sur le petit jusqu'à l'arrivée de l'équipe. L'avion a atterri directement sur la piste d'atterrissage de Mara North Conservancy, à environ 30 minutes de l'éléphanteau vulnérable, qui était heureusement en compagnie d'une autre femelle éléphant adulte et de son petit, qui lui offraient une protection précieuse contre les prédateurs. L'équipe de secours a été accueillie par des gardes forestiers du MEP et du KWS et transportée jusqu'à l'emplacement de l'orphelin. En raison de l'heure tardive et du fait que l'éléphanteau avait passé presque 24 heures sans lait, il était important que le sauvetage ait lieu ce jour-là. Bien qu'elle ait été en compagnie de l'autre femelle, elle n'avait pas été autorisée à avoir accès à son lait maternel, ce qui n'est pas inhabituel car les éléphanteaux sont très gourmands et une mère ne compromettra pas son propre petit pour un autre. Heureusement, il n'a pas fallu longtemps pour capturer le bébé en toute sécurité. Pour ce faire, la femelle adulte protectrice a été mise sous sédatif afin que les équipes au sol puissent intervenir pour capturer et maîtriser le bébé orphelin, qui était beaucoup plus petit que le petit de la femelle, puis se mettre immédiatement à le préparer pour le voyage à l'arrière d'un land cruiser jusqu'à l'aérodrome et le vol de retour vers Nairobi. Le bébé a reçu un tranquillisant pour gérer son niveau de stress et on n'a pas perdu de temps car c'était littéralement le dernier jour.

Le vol est arrivé à l'aérodrome Wilson de Nairobi à 19 h 45 et l'éléphanteau a été transporté à la nurserie, où il est arrivé vers 21 heures.  Il a été placé dans une étable qui avait été spécialement préparée pour son arrivée. Heureusement, il n'a pas fallu longtemps pour qu'elle prenne le biberon de lait, car dès qu'elle a su d'où venait le lait, elle a été heureuse de se nourrir. Bien qu'elle soit restée très méfiante à l'égard des Gardiens, son désir de lait l'emportait sur sa peur et elle a développé une astuce pour obtenir son lait : tout en restant à une certaine distance du Gardien, elle pouvait toujours se mettre à la tétine. Elle se régalait également de la verdure fraîchement coupée suspendue dans son étable, mais malgré sa bonne alimentation, les horreurs de son épreuve la tourmentaient et la nuit fut très agitée pour tous. Le lendemain, elle était épuisée et, tout en restant confinée dans son étable, elle trouvait le temps de s'allonger et de dormir. Lorsqu'elle était éveillée, elle sentait les autres éléphants de la pouponnière et criait constamment en faisant les cent pas dans son étable. On a donc décidé de la laisser sortir dans la forêt avec les autres orphelins de la pouponnière plus tôt, bien qu'elle ne soit restée qu'un jour à la pouponnière. Nous savions que les autres orphelins, qui avaient tous vécu des expériences similaires, feraient leur possible pour calmer et réconforter ce petit bébé - et ce fut le cas. Elle s'est immédiatement installée et n'a pas manqué d'adorer les mini-mamans attentives qui se sont pressées autour d'elle pour s'occuper de tous ses caprices. Le même jour, elle était avec les visiteurs, heureuse d'être collée aux côtés de Tagwa, Tamiyoi et Maisha, Larro et Kiasa essayant de la materner dès qu'ils pouvaient jeter un coup d'œil. Au fil des jours, elle s'est installée et s'est habituée aux gardiens.

Plus des photos: https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/naleku/gallery