• Connexion parrain:

(f), née en Decembre2021

L'HISTOIRE de MZINGA

Mzinga est en vie aujourd'hui grâce à une observation fortuite. Le 9 février 2022, notre directeur des travaux de Tsavo a terminé une longue journée sur le terrain par une patrouille nocturne du pipeline de Voi. En conduisant sur la route isolée et poussiéreuse, il a repéré un petit éléphant près de Msinga Hill. Il était tout seul, éclipsé par la vaste étendue sauvage qui l'entourait.

Les éléphants sont monnaie courante sur Msinga Hill. Il y a plus d'un demi-siècle, David et Daphne ont construit les palissades originales de Voi au pied de la colline, et les orphelins de Voi continuent de passer leurs journées sur ses pentes. Étant donné sa proximité avec le pipeline de Mzima Springs, dont les bouches d'aération déversent de l'eau dans des points d'eau très fréquentés, Msinga Hill est un lieu de prédilection pour les éléphants sauvages, qu'il s'agisse de troupeaux familiaux ou de voyageurs solitaires. Elle attire également sa part d'autres espèces, notamment les prédateurs opportunistes.

Ce soir-là, cependant, notre directeur des travaux a pu constater que quelque chose n'allait pas du tout sur cette photo. Le bébé était minuscule - pas plus d'un mois ou deux - et complètement seul. Il serait très inhabituel qu'un bébé de cet âge ne soit pas accompagné, même pendant quelques minutes, et il n'y avait aucun troupeau familial dans la région. Des renforts ont été appelés pour passer la zone au peigne fin afin de repérer d'éventuels éléphants à proximité, mais avec les prairies ouvertes s'étendant à perte de vue, il ne faisait aucun doute que ce bébé était totalement seul. Nous ne savons pas ce qui est arrivé à la mère de l'éléphanteau ni pourquoi elle a été laissée seule. Aucune carcasse d'éléphant n'a été trouvée dans les environs immédiats, et étant donné que l'éléphanteau a été trouvé au cœur du parc, un conflit homme-faune est peu probable. Il est possible que sa mère soit morte ailleurs et qu'elle ait suivi un troupeau jusqu'à ce qu'elle quitte leurs rangs à Msinga Hill. Curieusement, il était en bonne condition, contrairement à tant d'orphelins qui ont passé des jours sans le lait de leur mère avant d'être sauvés...Nous avons appelé le petit Mzinga, en hommage au lieu de son sauvetage. Heureusement, sa petite taille a permis de lui sauver la vie assez facilement. Comme il était évident qu'il s'agissait d'un orphelin, le directeur du KWS a autorisé le sauvetage et nous avons mis le feu aux poudres. Pendant que nos gardiens de Voi se mobilisaient sur les lieux, notre directeur des travaux s'est approché du petit et l'a immobilisé manuellement. Encore une fois, tout cela a été relativement facile - même un éléphanteau a un sacré punch !L'heure étant tardive, l'équipe a emmené Mzinga directement au parc de Voi, où elle a été placée sous étroite surveillance pour la nuit. Mbegu, Tagwa, Tamiyoi et les autres orphelins l'ont réconfortée par un chœur de grondements tout au long de la soirée, lui assurant qu'elle était désormais entre de bonnes mains.Le lendemain matin, à l'aube, l'hélicoptère de SWT a récupéré Mzinga et l'a emmenée à notre pouponnière de Nairobi, l'endroit où elle serait chez elle pendant les trois prochaines années. Presque immédiatement, nous avons dû faire face à la redoutable étape de la dentition. Il s'agit d'une période notoirement difficile pour les éléphants orphelins, car la dentition exerce un stress énorme sur leurs petits corps. Ceci, combiné à l'inévitable perte d'état, a créé une situation très précaire pour le petit Mzinga.Cependant, nous avons rapidement appris que Mzinga est une battante. Même si ses joues se sont creusées et que son état s'est dégradé, son esprit n'a jamais faibli. Lorsque les gardiens l'ont emmenée faire de courtes promenades dans l'enceinte, elle a résolument marché à leurs côtés, la trompe se balançant et les oreilles en alerte. Les jours où elle était visiblement en difficulté, ses yeux brillants montraient qu'elle était déterminée à survivre.Lorsque sa dernière molaire est apparue, Mzinga était prête à s'épanouir. Emmaillotée dans sa couverture colorée, elle patauge dans la pouponnière avec l'assurance d'un éléphant beaucoup plus grand. Un autre orphelin, tout aussi jeune, a été sauvé peu après son arrivée et elle est rapidement devenue son petit mentor. Il est trop tôt pour le dire, mais nous pensons que Mzinga pourrait devenir une mini-matriarche au fil du temps. Mais pour l'instant, elle est la reine des abeilles de la "brigade des couvertures".

https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/mzinga