• Connexion parrain:

(), né en Avril 2017

L’HISTOIRE de NABULU

Le 30 janvier, un appel a été reçu du Kenya Wildlife Service (KWS), rapidement suivi d'un second appel de l'unité vétérinaire mobile de Mara, financée par le Trust, concernant un éléphanteau orphelin dont les progrès ont été suivis pendant plus de deux semaines dans la réserve Oloisukut du Masai Mara, dans l'espoir qu'il soit réintégré dans son troupeau. Malheureusement, ce petit bébé solitaire est resté abandonné pendant tout ce temps, malgré les nombreux troupeaux d'éléphants qui traversaient cette zone. Elle disparaissait pendant plusieurs jours, terrée dans des fourrés, hors de la vue des gardes forestiers qui la surveillaient ou des visiteurs de la région, mais réapparaissait soudainement quelques jours plus tard, mais toujours seule. Son état se détériorait et, en désespoir de cause, les autorités ont décidé à l'unanimité de la secourir pour qu'elle ait une seconde chance de vivre une vie longue et heureuse ; avec autant de prédateurs dans le Mara, elle n'allait pas faire de vieux os autrement. Le Dr Limo, le vétérinaire du KWS qui dirige notre unité vétérinaire mobile financée par le Mara, a tout fait pour la capturer le 30 janvier, mais elle était de retour dans l'épais sous-bois sur un terrain rocheux ce jour-là. Ils ont donc attendu le lendemain, le 1er février, dans l'espoir qu'elle réapparaisse à nouveau. Elle a finalement été capturée en fin d'après-midi et l'avion de sauvetage de Nairobi a été coordonné de manière qu'il y ait peu de retard étant donné l'heure avancée. Il a fallu les efforts de nombreux hommes, désireux d'assurer la sécurité et le confort de ce malheureux bébé, et ils ont été ravis lorsque l'avion a finalement décollé de la Mara avec les gardiens et l'éléphant, attaché en toute sécurité en position de voyage à bord, à 18 heures. Des perfusions ont également été administrées en raison de l'état de santé de l'animal, et c'est bien après 20 heures que l'équipe de secours est finalement arrivée dans l'enceinte de la pouponnière du parc national de Nairobi avec son précieux chargement. Elle a été accueillie par des grondements provenant de tous les bâtiments et de toutes les écuries, les bébés de la pouponnière étant bien conscients de l'arrivée d'un nouveau bébé parmi eux. Elle a été placée dans une étable à côté de Tagwa. Étant donné l'état d'agitation de la nouvelle orpheline, qui se rue sur les portes du parc, tourne en rond et tire sur les légumes fraîchement coupés, Tagwa aussi perd son sang-froid et devient de plus en plus agitée à cause de cette agitation inhabituelle. Finalement, Tagwa a commencé à passer la main à travers les barreaux entre leurs deux palissades pour offrir du réconfort au nouveau bébé et à partir de là, les choses se sont calmées. Nous pensons qu'elle a environ 22 mois, une petite femelle que nous avons appelée "Nabulu", ce qui signifie "grandir" en langue Maa.  Il a fallu du temps pour que Nabulu s'installe, car elle s'était habituée à être seule dans un environnement aussi tendu. Son épreuve et la raison pour laquelle elle est devenue orpheline n'ont pas été vérifiées, mais il y a de nombreux cas de conflits entre l'homme et la faune sauvage en ce moment dans la région en raison des conditions de sécheresse et de la pression croissante sur les ressources naturelles précieuses, comme l'eau et la nourriture en ce moment, et nous pensons que c'est la raison la plus probable.

Au fil des jours, Nabulu s'est calmé et a commencé à téter les doigts de son gardien et à attendre avec impatience ses biberons de lait. Nous nous sommes battus contre les parasites pendant un bon moment, et son oreille est tombée vers l'avant, ce qui, ajouté à la détérioration de son état physique, lui a donné l'air bien mal en point. Nous avons fait en sorte qu'elle rejoigne rapidement les autres et qu'elle ne reste pas trop longtemps confinée dans son parc, bien qu'elle soit encore assez sauvage à l'époque. Les gardiens ont donc eu la vie dure pendant les périodes de repas, car à ce stade, elle devenait de plus en plus gourmande pour ses trois repas par heure et venait chercher son lait en se bousculant. Nous avons un arbre noueux très utile dans la forêt qui fournit la protection idéale pendant l'heure de la tétée pour ce genre de scénarios, et c'est ainsi que l'arbre à lait a sauvé la journée et a été utilisé jusqu'à ce qu'elle devienne assez calme pour ne plus pousser ses gardiens. Nous avons également assisté avec joie à la remise en place de son oreille, à l'amélioration de sa condition physique et, malgré ses toutes petites oreilles, Nabulu est une jolie petite fille. Les premiers signes de stress post-traumatique, avec son comportement névrotique et imprévisible, sont maintenant passés et une belle petite fille douce émerge, réconfortée et confiante envers les hommes et les orphelins qui l'entourent. Son meilleur ami, Luggard, lui a tenu compagnie et l'a rassurée au tout début, lorsqu'elle était trop nerveuse pour prendre le bain de boue de midi.  Nous sommes ravis de ses progrès et elle s'est maintenant installée dans la routine de la crèche et fait partie intégrante de toutes les activités.

Plus des photos: https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/nabulu/gallery