• Connexion parrain:

(m), né en Octobre 2018

L’HISTOIRE de NABOISHU :Ll'unité vétérinaire mobile SWT / KWS Mara a été appelée pour effectuer une autopsie sur une éléphante connue sous le nom de «Namunyak» qui a été retrouvée mystérieusement morte dans le Masai Mara. Elle était une femelle bien connue , qui avait été équipée d'un collier radio par le projet Mara Elephant afin qu'elle et les mouvements de son troupeau puissent être suivis et surveillés. Lorsque son signal de collier est devenu statique, lisant un signal d'immobilité, des sonneries d'alarme ont retenties. Elle a été retrouvée sans vie et son bébé en compagnie de son troupeau s'était éloigné un peu plus loin. L'autopsie a tragiquement révélé un abcès dans son abdomen, probablement d'une vieille blessure, qui avait provoqué des fuites de pus dans ses vaisseaux sanguins et suscité une embolie pulmonaire qui, à son tour, avait déclanché une crise cardiaque fatale. Il n'y avait aucun signe visible de blessure externe. Son bébé était âgé de 18 mois ,dépendant du lait, encore trop jeune pour survivre dans la nature sans le lait de sa mère, donc le troupeau a été surveillé mais ils sont restés élevés sur une colline et les conditions humides ont entravé toute possibilité de sauvetage. Le lendemain, une fois que le troupeau était descendu de la colline, le bébé a été pris en charge avec un tranquillisant pour le calmer, permettant un sauvetage direct impliquant KWS, ainsi que des gardes du comté et du Conservancy. Entre-temps, une équipe de gardiens de la nurserie SWT de Nairobi se rendait au Mara pour récupérer le bébé dans un avion affrété. À l'atterrissage, ils l‘ont trouvé déjà sur la piste d'atterrissage attaché à l'arrière d'un Landcruiser prêt pour un revirement rapide. Les gardiens l'ont préparé puis transféré dans l'avion avant de décoller et de retourner à Nairobi avec peu de retard en raison de l'heure tardive. Lorsque l'équipe est finalement arrivée à la nurserie, ils ont pu placer le petit dans une palissade, et il était heureusement encore somnolant et relativement calme, leur permettant de le nourrir à partir d'une bouteille. Le lendemain matin, il était aussi sauvage qu'un faucon chargeant aux portes. C'est toujours un bon signe cependant, et cela signifiait qu‘ il est un bébé fort et en bonne santé, plein de combats. Il lui a fallu plusieurs jours pour qu'il s'installe et accepte ses gardiens. Au départ, il n'atteignait que provisoirement le lait d'un seau, mais après quelques jours, il s'étirait à contrecœur pour une bouteille. Avec la patience et les grondements réconfortants utiles de ses voisins la nuit, il a commencé à s'installer suffisamment pour le laisser sortir dans le parc pour la journée avec les orphelins de la crèche. Dans l'ensemble, ce résultat a pris dix jours, en raison de la fougue de ce petit bébé, mais les gardiens devient être sûrs qu'il était suffisamment à l'aise avec les eux car ils ne peuvent pas lui permettre le refus de retourner aux palissades le soir et de se perdre. Il a été nommé Naboishu, car il a été sauvé au milieu du coronavirus à des moments sans précédent le 28 mars. Dans la langue maa des Masai qui habitent la région d'où il vient, «Naboishu» signifie «Unité». Il porte un nom significatif et a été sauvé dans des temps extraordinaires, et a une personnalité plus grande que nature. Lors de sa première journée dans la forêt avec les autres orphelins, Naboishu a immédiatement commencé à jouer à des jeux d'escalade, montant sur le dos de tous les autres, imperturbable du fait qu'il était le nouveau gosse au milieu d'eux. C'était si doux de voir à quel point ils étaient tous accommodants avec ce bébé exubérant qui n'avait certainement aucun système de filtre, faisant irruption au milieu d'eux comme s'il avait été là toute sa vie. Il a prospéré en compagnie de troupeau de pépinières et a certainement des sacs d'énergie. Il se nourrit bien et s'est installé dans la routine de la pépinière, comprenant les heures d'alimentation au biberon, les routines de bain de boue et quand retourner à son palissade de nuit pour le protéger des prédateurs. Au moment où les gardiens n'organisent pas de visites à la nurserie en raison de la menace du coronavirus, les orphelins passent leurs journées à parcourir les profondeurs du parc et à jouer aux côtés de leurs gardiens. Avec les pluies incroyables, ils ont été bénis avec toutes les rivières, les ruisseaux et les marais de boue sont pleins, avec le broutage et l'herbe abondante, donc leurs journées sont remplies de moments amusants et Naboishu a rejoint un troupeau extrêmement heureux avec Tamiyoi et Tagwa, et tous les les femmes âgées, accomplissant leurs tâches maternelles. Plus des Photos : https://www.sheldrickwildlifetrust.org/orphans/naboishu/gallery